Historique.
C.H.G.H.47
Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

1980 - Les premiers généalogistes lot-et-garonnais émirent l’idée de se fédérer en association. Ce fut chose faite l’année suivante.

Le 31 mai 1981 fut créé au cours d’une assemblée constituante qui se déroulait à l’hôtel de Ville de Villeneuve-sur-Lot, le « Cercle Héraldique Généalogique et Historique de Lot-et-Garonne ».

Le cercle avait pour but de développer sur le plan départemental, en constante liaison avec les services compétents, les activités relatives aux sciences de l’héraldisme, de la généalogie et de l’histoire de notre région.

C’est ainsi que se rencontrèrent les membres fondateurs qui allaient former le premier bureau du C.H.G.H.47.

L’on ne doit pas oublier de citer :

Mlles DELMON et DJINN, Mmes FAULIN et LAVERGNE, MM. SORNAIS, DELANEUVILLE, BILLARD, TESTARD et ALBIER.

1983 - C’est à Mlle Zette DELMON et à Mr Lionel ECHASSERIAUD que nous devons le blason du C.H.G.H.47, qui fut enregistré par la Maintenance Héraldique de France le 10 avril 1983.

1984 - Le 18 février 1984, l’Assemblée générale du C.H.G.H.47 procédait au renouvellement de son bureau, qui se trouvait, après délibération ainsi constitué :

Président d’Honneur : Zette DELMON
Président : Jean DELANEUVILLE (héraldique)
Vice-président : Alain BILLARD (généalogie)
Trésorier : Lionel ECHASSERIAUD (histoire)
Trésorier adjoint : Gérard BORCH
Secrétaire : Berthe FAULIN

Le bureau mis en place, l’Assemblée dut dégager les impératifs du Cercle. D’un commun accord, il s’avéra que la première des tâches à laquelle on dut s’attaquer fut la mise sur pied d’une revue éditée sous forme de bulletin, servant de liaison à tous ceux qui de près ou de loin s’intéressent aux buts qui sont ceux du Cercle.

Le conseil municipal de Villeneuve-sur-Lot, présidé par M. Georges LAPEYRONNIE, maire, vota une subvention qui rendit plus facile la naissance du bulletin du club.

Ce fut donc grâce à l’effort d’une équipe soudée et entreprenante que put naître le premier numéro édité par le C.H.G.H. 47, sous le parrainage de la Commission culturelle municipale de Villeneuve-sur-Lot.

Très vite le C.H.G.H.47 échangeait son bulletin avec d’autres cercles. Par exemple, l’Association généalogique de la Charente, Généalogie et Histoire du C.E.G.R.A., le Centre généalogique de l’Ouest, le Cercle d’études généalogiques et héraldiques d’Île-de-France, le Groupe généalogique de la région Nord et le Cercle généalogique d’Épinay. Le premier bulletin daté de juillet 1984 fut tiré à 125 exemplaires.

1985 - Cette année-là, Pierre VIDIEU rejoint le bureau du C.H.G.H.47 qui se composait ainsi :

Président : Jean DELANEUVILLE
Vice-président : Pierre VIDIEU
Secrétaire : Lionel ECHASSERIAUD
Secrétaire adjoint : Pierre DEBOSQUE
Trésorière : Berthe FAULIN
Trésorier adjoint : André SORNAIS

En 1985, le C.H.G.H.47 envisageait la création de sections d’arrondissements. A cet effet, le bureau modifiait ses statuts.

A cette époque, le C.H.G.H.47 fonctionnait au sein de Centre culturel et de la Bibliothèque de la ville de Villeneuve-sur-Lot qui lui prêtait une salle. Les permanences étaient tenues tous les samedis après-midi de 16h00 à 18h00.

En juillet 1985, le tirage du bulletin du n° 5 fut porté à 150 exemplaires. Le Cercle comptait 30 adhérents.

Une première exposition officielle du C.H.G.H.47 fut organisée dans le village de Pujols du 7 au 24 juin 1985. Cette exposition se tiet sous le patronage syndicat d’initiatives de Pujols.

Le vernissage de l’exposition se faisait en présence de MM. DEBOUT, président du S.I., les maires de Pujols et de Saint-Antoine-de-Ficalba, LE NOUENE, président de la commission culturelle municipale de Villeneuve-sur-Lot, Maurice FABRE, pour le conservateur du musée Rapin et Mme LAMBORIZIO, présidente de Villeneuve-accueil.

A cette occasion furent exposés les travaux de MM. VIDIEU, GIROU, DELANEUVILLE et Mme Annie GRANEREAU.

1986 - L’année 1986 voyait le nombre des adhérents passer à 60. Le bureau du C.H.G.H.47 décidait de porter le tirage du bulletin à 200 exemplaires de 40 pages. Des échanges de bulletins étaient organisés conjointement avec l’Association généalogique de l’Anjou, l’Association généalogique du Pas-de-Calais, le Centre d’études généalogiques et héraldiques d’Île-de-France, les Familles périgourdines de Dordogne, le Centre généalogique d’Épinay et l’association de Dordogne « Les petites papiers de l’ancien temps ».

En 1985, l’exposition de Pujols avait reçu un franc succès. Etant donné cette réussite, louée par tous, le Cercle la reconduisait au Centre culturel de Villeneuve-sur-Lot du 7 au 28 février 1986. Le grand moment de cette exposition fut la venue lors du vernissage de M. Jean BURIAS, directeur des Archives départementales de Lot-et-Garonne.

En présence de Mme Lucile BOURRACHOT, responsable des Archives départementales de Lot-et-Garonne, les Amitiés généalogiques bordelaises, représentées par Pierre DUPUY, son président, le Cercle Généalogique des Pyrénées Atlantiques, représenté par Mme GIGLION, sa présidente, le Cercle Héraldique Généalogique de l’Agenais, représenté par M. Gaston DESRÉ, et le C.H.G.H.47, représenté par M. Jean DELANEUVILLE, son président, se réunissaient informellement, salle Picasso, à Agen, le 28 juin 1986. Cette réunion permettait de faire le point sur les buts de chaque association et de mettre en commun leurs expériences. On pensait déjà à l’U.G.A.P

Le 15 novembre 1986, une réunion, à l’initiative des Amitiés généalogiques bordelaises et de son président Pierre DUPOUY, se tenait à l’Athénée municipal de Bordeaux. Neuf clubs aquitains furent invités. Cinq acceptaient l’invitation et se rendent à Bordeaux. Il s’agissait du Cercle généalogique des Pyrénées atlantiques, du Cercle généalogique du Pays basque et du Bas-Adour, du Cercle généalogique de Saintonge, du Cercle d’histoire des familles périgourdines et du C.H.G.H.47. Quatre furent excusés : L’association de généalogie des Landes, le Centre de généalogie d’Aunis et de Saintonge, le Cercle de généalogie de la Charente, le centre généalogique du Sud-Ouest. La réunion se terminait par l’adoption d’un projet d’élaboration de statuts et d’un protocole d’accords. L’U.G.A.P. était en gestation…

Les 13 et 14 septembre 1986, le C.H.G.H.47 répondait à l’invitation de M. Claude GÉNARD, adhérent du C.H.G.H.47, conseiller municipal, et de la commune d’Aiguillon pour monter une exposition qui recevait un franc succès.

1987 - Le Cercle réunit en assemblée générale le 8 mars 1987 élisait un nouveau bureau pour trois années. Furent élus :

Président : Jean DELANEUVILLE
Vice-président : Pierre VIDIEU (arrondissement de Villeneuve-sur-Lot)
Vice-président : Frédéric POMMIER (arrondissement d’Agen)
Secrétaire : Lionel ECHASSERIAUD
Secrétaire adjoint : Nathalie DARNE
Trésorière : Berthe FAULIN
Trésorier adjoint : J.-C. HASSE
Commissions techniques
Recherches : Yves LABBAYE
Conservation : Mme VASSAL (bibliothécaire municipale)
Archives : Mlle BERGON (archiviste municipale)

Suite à la réunion bordelaise de novembre 1986, M. Lionel ECHASSERIAUD se voyait confier l’ébauche des statuts d’une future association régionale. Les généalogistes aquitains se donnèrent rendez-vous à Pau…

1988 - Pas de Pau, les généalogistes aquitains se retrouvaient à Bordeaux le 9 janvier pour finaliser le protocole. Celui-ci fut signé… à Dax, le 13 février. L’Union Généalogique Aquitaine-Pyrénées (U.G.A.P.) était enfin née. Son siège fut fixé à Bordeaux, 1 place Bardineau.

Fidèle à sa démarche didactique, le C.H.G.H.47 ouvrait son exposition annuelle aux travaux des écoliers. La réussite fut au rendez-vous.

Après deux ans de recherches dans les différents fonds des archives départementales, M. Jean DELANEUVILLE, président du C.H.G.H.47 et auteur de toutes les pages d’héraldique publiées sur le bulletin, dessinait le blason de son village adoptif, Saint-Antoine-de-Ficalba.

Le 13 décembre 1988, le blason de Saint-Antoine-de-Ficalba fut inauguré en grandes pompes en présence de MM. BERGON, sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot, DUBOIS, conseiller général et IMBERT, maire de Saint-Antoine-de-Ficalba.

Le C.G.H.G.47 quittait de nouveau sa base villeneuvoise pour monter une exposition à Laroque-Timbaut qui se tenait au donjon de cette commune du 20 au 28 mai 1988.

1989 - Ce fut l’année du Bicentenaire. Le C.H.G.H.47 décidait de frapper un grand coup dans le style rédactionnel et éditeur. Prétextant un natif lot-et-garonnais, Lionel ECHASSERIAUD entreprenait d’écrire la biographie de « l’abbé Pierre PAGANEL ». Le pari fut tenu. L’ouvrage fut prêt pour commémorer la naissance de la Révolution française.

22 septembre au 15 octobre 1989 : Exposition du bicentenaire. Mlle Hélène BERGON en fut la cheville ouvrière. Y avaient participé : la bibliothèque municipale, le musée Rapin, l’école des Beaux-arts, le centre culturel, le lycée Georges Leygues, les amis du musée Rapin, la société archéologique et le C.H.G.H.47.

A Pau, Mme Annie GRANEREAU et Mr Yves LABBAYE obtenaient le premier Grand Prix du concours de généalogie « Fidélité aux Racines » organisé par « l’Association Henry IV » pour leur travail sur la famille GRANEREAU originaire de Lavergne.

1990 - L’année 1990 fut essentiellement marquée par une exposition d’héraldique et de généalogie au Centre culturel de Villeneuve-sur-Lot, au mois de mai.

1991 - Honoré par l’Académie d’Agen, grâce à son travail d’historien local, Lionel ESCHASSERIAUD recevait sur son lit de douleur le prix LAUZUN-BONNAT. Après une longue maladie, il nous quittait le 17 septembre 1991.

La généalogie fédérale se décentralisa pour le temps d’un week-end en Aquitaine. En effet, le XIe congrès de généalogie de Bordeaux se tint cette année-là à Bordeaux. Le Cercle fut présent et assista à l’inauguration sous l’égide de Mr Jacques CHABAN-DELMAS.

L’été est le temps du loisir et le temps de s’instruire en flânant dans les expositions. Le C.H.G.H.47 le comprit. Une exposition fut organisée en août au « Colombage » de Pujols. La famille VERCHÈRE de REFFYE, dont un fils, Jean-Baptiste VERCHÈRE de REFFYE, était membre du C.H.G.H.47 exposait un arbre remontant jusqu’à la 19e génération. Un exploit…

1992 - Le C.H.G.H.47 reprit son bâton de pèlerin. La bastide de Monflanquin et la ville de Tonneins furent investies par deux manifestations. Président en tête, le C.H.G.H.47 initiait à la généalogie et à l’héraldique. A Monflanquin, le C.H.G.H.47 fut invité par le Groupe d’Expression Monflanquinoise (G.E.M.). Il y organisait une conférence ayant pour thème le blason en Haut-Agenais. Le cadre est magnifique. L’héraldique trouvait dans ce village médiéval son écrin. Pédagogue et érudit, Mr Jean DELANEUVILLE se transformait en conférencier avec plaisir et succès.

Dans la foulée en septembre, le C.H.G.H.47 exposait à Pujols, durant trois semaines, ses travaux en héraldiques et ses magnifiques arbres généalogiques.

Ses manifestations furent le lieu de débats où fusèrent mille questions de la part de généalogistes amateurs. Afin de répondre à leur demande, le cercle éditait un opuscule d’initiation à la généalogie écrit par Mr Yves LABBAYE.

La permanence du Cercle quittait le Centre culturel pour le Service des Archives municipales. Ce nouveau lieu devenait vite très attractif pour les généalogistes villeneuvois étant donné son équipement en visionneuses de microfilms.

1993 - Le C.H.G.H.47 répondait présent au congrès de Vichy, au sein de l’U.G.A.P. Mme Annie GRANEREAU et Mr Yves LABBAYE furent du voyage.

Le C.H.G.H.47 retrouvait Tonneins. En mai, pendant 15 jours, il y organisait une exposition au centre culturel, salle Jean CAUBET. Jean-Pierre OUSTY, le maire de Tonneins, honorait de sa présence le vernissage de l’exposition.

Le C.H.G.H.47 participait à la traditionnelle « journée de l’U.G.A.P. » qui se tenait cette année-là à Périgueux.

1994 - De nouvelles personnes apparaissaient à la direction du Cercle ; le bureau se composant ainsi :

Président : Jean DELANEUVILLE
Secrétaire administrative : Mlle LAGES BERGON
Secrétaire adjoint : Paul CORSAN
Trésorière : Berthe FAULIN
Responsable des recherches : Annie GRANEREAU

Sur le thème de la Révolution française, le C.H.G.H.47 organisait une exposition à Villeneuve-sur-Lot du 17 au 19 février, nommée : « Ces Villeneuvois qui ont vécu la Révolution ».

Ce fut à l’occasion du bicentenaire de la révolution que le Cercle établissait une liste de 800 patronymes trouvés sur les registres de l’époque. Huit cents familles distinctes avaient donc vécu cette époque à Villeneuve-sur-Lot. C’est en partant de ces données que l’équipe du Cercle se mit au travail : un pointage fut effectué de 1793 à nos jours, et ceci, tous les dix ans, uniquement en regard des mariages et en fonction des patronymes retenus. Le travail terminé, quatre cents patronymes villeneuvois avaient subsisté pendant ces deux siècles. Cela ne signifie pas pour autant, bien que portant le même nom qu’il y ait un lien de parenté ; car, seul le résultat d’une recherche généalogique pourra confirmer l’affiliation. Ces recherches ne pouvant être entreprises que par les seuls descendants des familles concernées, pour des raisons évidentes du respect de la vie privée. A suivre...

 

 

Retour haut de page