du Cauzé de Nazelle de Lisle.
C.H.G.H.47
Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

D'or au lion de sinople couronné de gueules, à la fasce de sable chargée de trois molettes d'or brochant sur le tout.

IX. Messire Charles-Louis-Victor du Cauzé de Nazelle de Lisle, IIe du nom, écuyer, seigneur de Maignas, chevalier de Saint-Louis, colonel de Cavalerie, sous-lieutenant des gardes du corps du roi, compagnie Écossaise, né à Dunes, le 28 juillet 1740, a pour parrain messire Louis-Charles-Victor du Cauzé, Ier du nom, seigneur de Nazelle, vicomte de Prouvais, etc., créé marquis du Cauzé de Nazelle en 1753, son cousin germain. Il fournit son dénombrement de la directe et fief de Maignas, situés dans le territoire de Caudecoste, le 18 septembre 1759. (Le Trésor de Pau, par Gustave Bascle de Lagrèze, p. 199.)

Garde du corps du roi à la compagnie Écossaise, le 30 septembre 1762, capitaine de cavalerie, le 1er avril 1778, chevalier de Saint-Louis, le 29 septembre 1789, réformé en exécution du décret du 12 septembre 1791, admis à la compagnie Écossaise organisée en mai 1814, il fut breveté colonel de cavalerie et retraité dans ce grade le 29 juin 1814. (Extrait de ses états de services.)

Il donne quittance, le 7 mars 1792, de la somme de mille livres qui lui avait été verbalement léguée par le marquis du Cauzé de Nazelle, son cousin germain et son parrain, et qui lui fut payée au nom de Philippe du Cauzé de Nazelle, cinquième fils dudit marquis, et signe : Nazelle Cadet de Lile. (Original faisant partie de mes archives. J. de Bourrousse de Laffore.)

Son contrat de mariage, passé à Casteljaloux en Albret, devant Me Dupouy, notaire royal, le 28 octobre 1782, est rédigé dans les termes suivants :

« … Furent présents messire Charles-Louis-Victor du Cauzé de Nazelles, écuyer, garde du corps du roy, et capitaine de cavalerie, fils légitime de feu messire Charles-Louis du Cauzé de Nazelles, écuyer, ancien capitaine d'infanterie, et de dame Marie Delpech Dessans, habitant de la ville de Dunes en Condomois, d'une part ;

« Et demoiselle Jeanne Brostaret de La Barthe, fille légitime de sieur François Brostaret de La Barthe, jurat de Casteljaloux, et de feue demoiselle Catherine Dubourg, habitante audit Casteljaloux, d'autre part. »

Le futur époux est assisté de messire Antoine de Salat, prêtre et curé de la paroisse de Sénestis, et de sieur Jean Duniagou de Beau-Séjour, seigneur de Labordette, ancien officier de Dragons, habitant de la ville du Mas d'Agenais. La future épouse, majeure de vingt-cinq ans, agit du consentement et assistance dudit sieur Brostaret de La Barthe, son père, de M. Jean Brostaret de La Barthe, son frère, etc. — Parmi les sommes données à la future épouse se trouve celle de mille livres, qui lui a été léguée par feu messire Etienne de Brostaret, chevalier de Saint-Louis, son parrain. Ce contrat est passé dans la maison dudit sieur de Brostaret, en présence de M. Jean Samazeuilh, juge de la juridiction de La Bastide, habitant de Casteljaloux, et de sieur Jean de Loume, secrétaire de M. le Grand-Maître des Eaux et Forêts de Guienne, signés avec les parties contractantes et Dupouy, notaire royal. (Expédition appartenant à Madame Rochin, née de Gauran, petite-fille desdits époux.)

La famille de Madame de Nazelle a donné des officiers, un magistrat et un député. Un Brostaret était sous-lieutenant au régiment de M. le comte de Labrangerie, en 1674 ; un autre nommé Pierre, substitut du Procureur du roi, au siège de Casteljaloux, était mort avant le 19 décembre 1718, date d'une quittance fournie par Marguerite du Castaing, sa veuve ; Etienne Brostaret, officier au régiment de Clermont-Prince et chevalier de Saint-Louis, mourut à Casteljaloux, le 15 mai 1769, âgé de 88 ans. Enfin, Jean-Baptiste Brostaret de La Barthe, père de Madame du Cauzé de Nazelle, né à Casteljaloux en 1755, avocat en Parlement, fut député aux États généraux du royaume, eh 1789, pour le tiers-état des sénéchaussées de Nérac et de Casteljaloux, puis, accusateur public auprès du tribunal de justice criminelle du département de Lot-et-Garonne, fonctions dans lesquelles « son courage civil sauva Agen du contrecoup des massacres de septembre, et se revêtait des formes les plus douces et de l'éloquence la plus aimable. » Incarcéré dans la maison de réclusion de Lectoure, le 9 thermidor le rendit à la liberté, et ses concitoyens l'envoyèrent, en 1795, en qualité de député, au Conseil des anciens, où il fut élu l'un des secrétaires, le 22 novembre 1797. (Biographie de l'arrondissement de Nérac, par M. J.-F. Samazeuilh.)

Charles-Louis-Victor du Cauzé de Nazelle fut colonel de cavalerie et sous-lieutenant des gardes du corps du roi, compagnie Écossaise, comme le prouve la lettre suivante, qui lui fut adressée, du ministère de la guerre :

« Paris, le 30 juin 1814.

« Monsieur,

« J'ai l'honneur de vous informer que, sur la proposition de M. le duc d'Havre et de Croy … et après compte rendu au roi de vos services, Sa Majesté vous a accordé, par décision du 29 juin 1814, une solde de retraite de deux mille quatre cents francs.
« Je viens d'autoriser le commissaire ordinaire de la 20e division militaire à vous faire payer dans votre département, à compter du 29 juin 1814, si votre traitement d'activité a effectivement cessé à cette époque.

« Agréez, Monsieur, l'assurance de ma considération.

« Le Ministre-secrétaire d'Etat de la guerre.

« Pour son Excellence et par son ordre,

« Le sous-inspecteur aux revues, chef de la 5e division au ministère,

« Goulhot.

« A M. de Nazelle du Cauzé (Charles-Louis-Victor), colonel de cavalerie, sous-lieutenant dans les gardes du corps du roi, compagnie Écossaise, retiré à Dunes, département de Lot-et-Garonne. » (Original aux archives de Madame de Termes, née du Cauzé de Nazelle.)

Du mariage du colonel du Cauzé de Nazelle et de Jeanne (Judith) Brostaret de La Barthe, naquirent :

1° François, dont l'article suit ;

2° Demoiselle Marie-Clotilde du Cauzé de Nazelle, née le 23 janvier 1785, épouse, le 23 février 1808, Bernard, chevalier de Gauran, et meurt à Dunes en 1868, laissant trois filles de son mariage. L'une d'elles, Anne-Adeline de Gauran, veuve de M. Joseph-Jean-Baptiste Rochin, procureur impérial à Villefranche d'Aveyron (dont elle a une fille, Charlotte, mariée avec M. Henri de Rouget), a fourni diverses pièces pour ce travail.

X. Messire François du Cauzé de Nazelle, IIIe du nom, né à Bouglon en 1786, lieutenant de dragons, assiste à la bataille d'Austerlitz ; sert comme officier dans la garde royale, se marie, le 8 janvier 1817, avec demoiselle Charlotte-Alexandrine-Élizabeth de Rossane, fille de messire Pierre de Rossane et de dame Élizabeth d'Estut de Solminiac (cette dernière de la famille de MM. d'Estut de Solminiac, sires marquis de Tombeboeuf en Agenais).

Les armes de Rossane sont : d'argent à deux chevrons de gueules renversés.

François III du Cauzé de Nazelle meurt à Marmande, le 21 janvier 1861, âgé de 75 ans, ayant eu de son mariage, un fils mort à l'âge de 20 ans, et une fille, qui suit :

XI. Dame Jeanne-Marie-Ursule-Hortense du Cauzé de Nazelle, la dernière de sa branche, héritière, le 27 avril 1849, de son oncle Suzanne-Alfred de Rossane, et, en 1857, de sa tante demoiselle Anaïs de Rossane, s'était mariée, le 23 mai 1840, avec M. Jean-Joseph Termes ou de Termes, dont elle a eu cinq enfants :

1° François-Adhémar de Termes, mort le 18 novembre 1865, âgé de 24 ans ;

2° Fernand de Termes ;

3° Nathalie de Termes, mariée, le 9 septembre 1865, avec M. Léon de Gérando, ingénieur de la Marine Impériale, fils du baron de Gérando, procureur général à la Cour impériale de Metz ;

4° Noémi de Termes, mariée, le 15 novembre 1866, avec M. Abel de Tartas Mélignan, fils de M. Aristée de Tartas, et de dame N, d'Arodes de Bellegarde (et neveu d'Emile de Tartas, général de division, commandeur de la légion d'honneur, et du comte de Mélignan de Trignan, dont il a été l'héritier). (Résidence, le château de Trignan, près Mézin, Lot-et-Garonne.)

5° Valentine de Termes. (Résidence, Virazeil, près Marmande, Lot-et-Garonne.)

 

 

Retour haut de page