de Jausselin de Brassay.
C.H.G.H.47
Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

Nobles, Messires, Écuyers, Chevallier, Seigneurs de La Grange-Monrepos, Le Caudère, Le Petit-Guilhem, Houeillès, Saint-Martin d'Albret, Le Tasta, La Salle-Meylan, etc. — en Albret.

de Jausselin de Brassay

Armes : De gueules, au chevron d'argent, accompagné de deux étoiles d'or, l'une en chef et l'autre en pointe ; parti d'azur, au lion d'or, surmonté d'une étoile du même. L'écu timbré d'un casque de trois quarts, orné de ses lambrequins d'or, d'azur, d'argent et de gueules (d'Hozier, Original), — et antérieurement enregistrées dans l'Armoriai Général, au bureau de Condom, le 11 août 1698, n° 95 (V. planche XIV).

La famille de Jausselin faisait hommage lige de certains fiefs dès le XIIIe siècle ; elle est donc d'une noblesse fort ancienne. La branche qui vint s'établir en Guienne, la seule dont nous ayons à nous occuper, réside depuis plus de trois cents ans près de Nérac, en Albret, où elle a possédé sept à huit fiefs. Elle a donné à la France des officiers distingués ; a été convoquée pour les ban et arrière-ban de la noblesse; a fait inscrire à l'Armoriai Général au bureau de Condom, le 11 août 1698, les armoiries que nous venons de blasonner ; a été maintenue dans la qualité de noble et d'écuyer par ordonnance du 16 décembre 1736, rendue par M. Boucher, intendant de la province de Guienne ; a volé avec les gentilshommes des quatre sénéchaussées du duché d'AIbret pour l'élection des députés aux États Généraux; a toujours contracté des alliances avec des familles anciennes de la province ; enfin, elle a été maintenue dans sa noblesse d'extraction, par arrêt du Conseil d'État du roi, en date du 12 octobre 1782.

Son nom se trouve orthographié de diverses manières dans les titres anciens : Josselin, Jousselin, Jaucelin et Jausselin, qui est l'orthographe définitivement adoptée.

Jean Jaucelin et Guilhomme Jacucelin, ainsi que Guillaume, Pons et Étienne de la Valette, tous habitants du Mas de la Valette, en la paroisse de Saint-Georges de Jaujac, font hommage lige et donnent le baiser de fidélité à Raymond de Chanaleilles, damoiseau, seigneur de Chanaleilles, suivant acte du 5 octobre 1274, retenu par Bertrand Estarafit, notaire public à Aubenas (de Courcelles, Hist. génér. et hèrald. des Pairs de France, etc., t. II, art. de Chanaleilles, p. 2).

Hadémar Jaucelin, prieur du monastère de Saint-Pardoux la Rivière (en Périgord), doit, sa vie durant, jouir de la moitié du revenu de tous les biens que Jean de Lauricre, damoiseau, donne audit couvent, par acte du lundi, fête de Saint-Laurent 1360 (Idem, t. IV, art. de Laurière, p. 9).

Jean Jousselin et Philippe Buignet, sa femme, sont nommés dans l'acte de mariage de leur fils, qui suit :

Étienne Jousselin, seigneur de la Boffardière et plus tard de Jupilles, épouse, le 16 août 1627, Marguerite de Bouvcry, dame de Jupilles, fille de Jean de Bouvéry, seigneur de la Fourrerie et de Guillemine Poyet, cette dernière sœur de Guillaume Poyet, chancelier de France (le P. Anselme, Hist. des Gr. Offic. de la Couronne, t. VII, p. 470).

D'Hozier donne, dans l'Armorial Général, la filiation suivie de celle famille depuis :

I. Noble Pierre Jausselin, écuyer, épouse damoiselle Marie Brocas, par contrat du 4 février 1554, retenu par Me Duru, notaire royal. Il était peut-être le fils et plus probablement le frère de Bernard de Jausselin, contrôleur des parcs de Durance en 1566, cité dans les procès-verbaux de délimitation de ce rendez-vous de chasse des rois de Navarre (Samazeuilh, Biographie de l'arrondissement de Nérac, p. 559). Pierre eut pour fils :

II. Noble Isaac Jausselin, écuyer, secrétaire de la maison de Navarre et Chambre des comptes établie à Nérac, épouse, par contrat du 8 décembre 1597, damoiselle Marthe de Brassay, nièce de Tobie de Brassay, baron de Samazan , et fille de Nicolas de Brassay, auditeur ou secrétaire à la même Chambre des Comptes de Nérac, mort le 22 mars 1603, et de damoiselle Guirantine Barthe. Isaac Jausselin était trésorier général d'Albret le 8 août 1614 et le 9 décembre 1616. Il laissa de son mariage :

1° Pierre de Jausselin, seigneur de la maison noble de La Grange-Monrepos, située en la Juridiction de Nérac et relevant du duché d'Albret, dont il rendit hommage au Roi, le 15 mai 1635 ; fut convoqué au ban et arrière-ban de la sénéchaussée d'Albret, le 17 mars 1639. Il vivait encore au mois d'août 1647, et ne laissa point d'enfants de son mariage avec damoiselle Jacquette du Long, appartenant à une famille noble de l'Albret.

2° Jean, dont l'article suit ;

3° Jeanne de Jausselin, mariée à Samuel de La Roque, seigneur de Baroque, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi ;

4° Marthe de Jausselin, épouse, le 20 février 1021, noble Marc-Antoine de Baroque, seigneur de La Saubole.

III. Noble Jean de Jausselin de Brassay, seigneur de la Grange, puis du Caudéré et du Petit-Guilhem, est institué héritier universel de Tobie de Brassay, écuyer, seigneur, baron de Samazan, son grand oncle maternel, conseiller-secrétaire du roi, maison, couronne de France, en la chancellerie de Bordeaux, par le testament de ce dernier, daté du 7 mars 1630, à condition que ledit Jean de Jausselin et sa postérité porteront le nom de Brassay avant celui de Jausselin. Il épouse, le 6 mai 1637, Magdeleine de Laborde ; est convoqué au ban et arrière-ban de la noblesse de la Sénéchaussée d'Albret le 17 mars 1639, et meurt à Nérac le 18 septembre 1645, laissant de son mariage :

 1° Pierre de Jausselin de Brassay, capitaine au régiment royal infanterie de Roussillon, le 5 septembre 1669, mort à Hesdin des blessures qu'il avait reçues en diverses occasions, notamment au siège de Saint-Sébastien (d'Hozier) ;

2° Paul, qui a continué la postérité ;

3° Jean-Jacques de Jausselin de Brassay, mort à l'âge de 19 ans.

IV. Noble Paul de Jausselin de Brassay, seigneur de la Grange-Monrepos, lieutenant de la compagnie de chevau-légers du sieur de Saint-Martin, par brevet du 3 mars 1672, puis capitaine de cavalerie avant 1678, reçoit, le 24 juin 1703, du marquis de Lansac, sénéchal d'Albret, un certificat constatant qu'il assistait à l'assemblée de la noblesse convoquée celte môme année. Il avait épousé : 1° le 27 novembre 1678, devant Laspeyres, notaire royal, Marie Borderie, parente de la famille d'Aubigné et par conséquent de madame de Maintenon, née d'Aubigné ; 2° Suzanne du Puy, le 21 avril 1685 ; 3° Esther de La Roche, le 6 février 1690, devant Madis, notaire royal. Il fait son testament le 12 juillet 1709, devant le même Madis, notaire, et déclare avoir eu pour enfants de son premier lit :

1° Jean-Paul, qui a continué la descendance ;

2° Marthe-Magdeleine de Jausselin de Brassay, née le 10 avril 1681, mariée à noble Daniel de La Coste, sieur du Barry, écuyer ;

3° Françoise de Jausselin de Brassay, dite mademoiselle de La Grange, née le 21 décembre 1682 et morte sans alliance, est qualifiée dame de Lauzun dans le Dictionnaire de la Noblesse, par de La Chesnaye-des-bois, article de Jausselin.

Du troisième lit :

4° Noble Henri de Jausselin de Brassay, écuyer, sieur de Monrepos, né le 16 mars 1692, ancien capitaine au régiment de Monconsoil, vivait encore en 1754 ;

5° Noble Joseph de Jausselin de Brassay, sieur de Saint-Martin d'Albret, fait son testament le 11 mai 1725 ;

6° Noble Jean-Pierre de Jausselin de Brassay, seigneur de Houeillès, teste le 17 juillet 1722. — Houeillès est aujourd'hui un chef-lieu de canton du département de Lot-et-Garonne.

7° Marie de Jausselin de Brassay, était veuve de N... de Laumont, seigneur de Castille, en 1754, suivant le livre de raison de noble Pierre de La Roche, sieur de Gagean.

V. Noble, messire Jean-Paul de Jausselin de Brassay, Ier du nom, écuyer, seigneur de Lagrange-Monrepos, dont il rendit hommage au Roi, le 27 août 1729 ; il épouse, le 24 février 1723, Marie-Anne de Melet, fille d'Isaac de Melet, écuyer, seigneur de Laubesc, et de dame Marie de Bacalan ; présenta requête à M. Boucher, intendant en Guienne, sur la demande à lui faite par le fermier de Sa Majesté, pour le paiement du franc fief, et, attendu sa qualité de noble et d'écuyer, fut déchargé de cette demande, par ordonnance du 16 décembre 1736, signée Boucher, intendant de Guienne. Il avait obtenu, le 29 novembre de la même année, un certificat d'extraction noble, des maire, sous-maire et consuls, gouverneurs et juges de police de la ville et juridiction de Nérac. II fit son testament le 6 décembre 1739, et laissa de son mariage:

1° Jean-Paul de Jausselin de Brassay, IIe du nom, seigneur de La Grange-Monrepos, né le 23 avril 1725, épouse, par acte du 12 mai 1753, Marthe-Magdeleine de Melet, sa cousine, fille de messire Timothée de Melet, écuyer, seigneur de Laubesc, et de dame Marguerite de La Coste, présente ses titres à la Cour des Aydes de Bordeaux le 20 juin 1753, les relire un mois après, du consentement du procureur général, et vote à l'Assemblée de la Noblesse d'Albret pour l'élection des députés aux États-Généraux en 1789. Il eut de son mariage deux garçons, morts sans postérité, et deux filles :

A. Noble Henri-Raymond de Jausselin de Brassay, né le 11 juillet 1755, mousquetaire du Roi en la première compagnie, le 16 mai 1770, mort à La Grange-Monrepos le 19 juin 1822, âgé de 67 ans ;

B. Noble Jean-Louis-Elaazar de Jausselin de Brassay, officier dans les armées du Roi, mort comme son frère sans avoir contracté d'alliance ;

C. Marie-Anne de Jausselin de Brassay, née le 19 juillet 1756 ;

D. Autre Marie de Jausselin de Brassay, née le 4 mars 1760.

2° Joseph de Jausselin de Brassay, mort à l'âge de 14 ans ;

3° Louis-Éléazar, qui a continué la postérité ;

4° Magdeleine de Jausselin de Brassay ;

5° Françoise de Jausselin de Brassay ;

6° Marie de Jausselin de Brassay ;

7° Marguerite de Jausselin de Brassay ;

8° Autre Marie de Jausselin de Brassay.

VI. Noble, messire Louis-Éléazar de Jausselin de Brassay, écuyer, seigneur du Tasta, La Salle-Meylan et St-Marlin d'Albret, troisième fils de Jean-Paul I et de Marie-Anne de Melet, enseigne au régiment d'Auvergne le 15 juin 1754 ; lieutenant au môme corps, compagnie du chevalier de Marsan, le 15 novembre 1755 ; capitaine le 17 avril 1760. A Closter-Camp, en octobre 1758, sa compagnie périt presque tout entière, quelques jours après la mort héroïque de son compagnon et son ami, le chevalier d'Assas. Louis-Éléazar eut de son mariage avec Marguerite-Suzanne de Madbonet , fille de messire N... de Madronet, comte de Saint-Eugène :

1° Noble, messire Jean-Paul de Jausselin de Brassay, IIIe du nom, officier des armées du Roi, chevalier du mérite militaire, mort sans postérité, au château du Tasta, près Nérac, le 21 janvier 1849, âgé de 75 ans ;

2° Joseph-Raymond, qui suit ;

3° Marthe-Magdeleine de Jausselin de Brassay, morte en bas âge.

 VII. Noble, messire Joseph-Raymond de Jausselin de Brassay, chef des nom et armes de sa famille, marié avec Françoise-Suzanne de Melet, fille de messire Henri Raymond de Melet, seigneur de Laubesc, capitaine au régiment d'Auvergne, est le troisième de son nom qui ait épousé une demoiselle de Melet. Cinq enfants sont nés de cette union :

1° Noble Pierre-Joseph de Jausselin de Brassay, épouse le 6 juin 1843, Marie-Thérèze-Joséphine-Léonie de Galard Saldebru, décédée sans enfants, en novembre 1849, fille de Jean-Baptiste-Charles-Hector de Galard Saldebru, capitaine de grenadiers de la garde royale, avec rang de chef de bataillon, chevalier des ordres de Saint-Louis, de la Légion d'Honneur, de Saint-Ferdinand d'Espagne de 2e classe, de Saint-Maurice et de Saint-Lazare de Savoie, et de dame Élisabeth-Éléonore de Ganducque ;

2° Henri de Jausselin de Brassay, mort jeune ;

3° Marie-Jeanne-Clémence de Brassay, épouse messire Jean-Baptiste-Marie-Anne-Gustave de Guyonnet de Montbalen, fils de messire Jean-Joseph-René de Guyonnet de Monbalen, ancien émigré, et de dame Anne-Marie-Antoinette de Galard Saldebru ;

4° Claire de Jausselin de Brassay , morte en bas âge ;

5° Marie de Jausselin de Brassay, épouse messire Joseph-Charles-François de Barbezières, seul représentant de l'antique maison de Barbezières, dont la généalogie est rapportée au premier volume de ce Nobiliaire.

Résidence actuelle : Le château du Tasta, près Nérac (Lot-et-Garonne).

M. de Josselin, lieutenant-colonel au régiment d'Artois, écrivait le 5 mai 1771 à M. de Josselin, à Lagrange-Monrepos, que, d'après les notes qui étaient en ses mains, des membres de la famille de Josselin ont dans les années 1115, 1176, 1476, 1624, possédé des évêchés, des abbayes, la seigneurie et comté de Varangeville dans , le Perthois en Chaumontois, plusieurs grades de colonel et de major de cavalerie, et que vers 1690, un frère de l'aïeul de ce lieutenant-colonel de Josselin était lieutenant des gardes du corps du duc de Lorraine ; ce qui, ajoutait-il, en l'absence des litres disparus pendant les troubles civils, prouvait une noblesse ancienne.

Nobiliaire de Guienne et de Gascogne, par Henri Gabriel O'Gilvy et Pierre Jules de Bourrousse de Laffore.

 

 

Retour haut de page