Joly de Bonneau.
C.H.G.H.47
Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

 

I. BRANCHE DES BONNEAU.

 

(D'après les Archives de M. le Marquis de Bonneau au château de Bonneau)

 

Armes : d'argent à cinq croisillons de gueule, deux en chef, deux en pointe et un au milieu entre deux lions de gueule lampassès et armés.

La famille de Joly est originaire de la province de Bourgogne et a pour tige :

I. MENAUT DE JOLY, notable de la ville de Beaune.

Il vivait au XIVe siècle et eut :

II. RENAUT DE JOLY, qui fut conseiller de Philippe le Bon duc de Bourgogne, par lettres de provision données à Troyes le 22 avril 1420. Elles se trouvaient avant la révolution au registre de la Chambre des Comptes de Dijon, cotées d'une croix, fol. 146. Il laissa :

III. HENRI DE JOLY, qui ne paraît pas avoir eu d'emploi et fut père de :

IV. JEAN DE JOLY, conseiller du duc de Bourgogne, qui eut :

V. BARTHÉLEMY DE JOLY, dont provinrent :

1° Jacques, seigneur de Cliampléné et membre du Parlement et de la Chambre des Comptés de Dijon.

2° Barthélémy, qui suit.

VI. BARTHÉLEMY de JOLY, 2e du nom, fut greffier en chef au Parlement de Dijon et laissa :

1° Zacharie, dont descendent :

1. Hector Bernard, seigneur de Lagrange Dupreix.

2. Barthélémy, seigneur de Drambon.

3. Laborde, marié avec Anne Legoux, fille de Germain Legoux, président à mortier au Parlement de Dijon.

4. Eugénie, dame de Velogni.

2° Françoise, d'où descendent MM. Joly de Fleury établis, à Paris ;

3° Edme, qui suit.  

4° Antoine, d'où sortent les marquis de Blaisy, dont l'un a épousé Marie Thérèze de Courtivon, fille de M. Me de Courtivon, président à mortier du Parlement de Dijon, et de Marie dé Clermont-Tonnerre.

VII. EDME DE JOLY, prit le parti des armes et se maria en province où, ayant été imbu de la doctrine des Calvinistes, il servit dans les différents mouvements de la R.P.R. Ses deux fils participèrent aux guerres de religion dans le pays de Mérindol et de Cabrières et faillirent être enveloppés dans le massacre qui se fit des Calvinistes sous les ordres du Président d'Oppède et du sieur Guérin, avocat général du Parlement de Paris, mais ils furent assez heureux pour se sauver à Genève où l'aîné s'établit. Les descendants de celui-ci changèrent de religion et passèrent à Chambéry où ils occupèrent des emplois honorables dans l'épée et dans la robe sous le nom de Joly de Chamureux. Quant au plus jeune, il va suivre :

VIII. JEAN DE JOLY, intéressé ainsi que son frère dans les ravages commis à Cabrières, et à Mérindol, fut envoyé à Paris par Madame de Centalqui s'était plainte au roi des incendies et des meurtres perpétrés dans ses terres et châteaux et qui avait obtenu le renvoi de son affaire au Parlement de Paris : le jugement ne fut pas favorable à la dame de Cental, ce qui obligea Jean de Joly à se mettre au service de Jeanne d'Albret, qui l'envoya en Béarn avec une commission de capitaine. Il commanda une compagnie de cent hommes à cheval, servit plusieurs années tant en Béaru que dans l'Albret, et, se trouvant en quartier d'hiver au bourg de Cocumont, à deux lieues de Casteljaloux d'Albret, il se maria avec une demoiselle Dulon et acquit plusieurs biens dans ce lieu. Il n'eut pas d'enfants de sa première femme, et se remaria avec une demoiselle Seguin, de la ville de La Réole. Il fut massacré à la Saint-Barthélemy, sa maison fut pillée et ses papiers furent perdus. Il eut de sa seconde femme :

IX. JEAN DE JOLY, 2e du nom, né le 16 février 1573, après la mort de son père, selon une attestation de noblesse que fournit un de ses fils nommé Jérémie Joly de Sabla. Il fut mis sous la tutelle d'un oncle, M. de Seguin, de la ville de Meilhan, qui, ayant mal administré ses biens et ne pouvant rendre à son mineur un compte fidèle, par accommodement lui fit épouser sa fille unique Françoise de Seguin, assez riche pour le temps. Il fut procureur d'office de Cocuinont et eut :

1° Jean, sieur de Beausoîeil, officier au régiment du Roi-Infanterie, tué en 1637 à l'affaire de Leucate.

2° Joël, qui suit ;

3° Jérémie, sieur de Sabla, qui fait la branche de Sabla et qui suivra Art. II.

4° Timothée, sieur de Druillia, mort de la peste, à Paris, sans alliance.

5° N... des Angles tué en 1615. près de Coutras, servant dans  l'armée des Calvinistes commandée par MM. de Rolian et de La Force pour empêcher le roi Louis XIII d'aller célébrer son mariage à Bordeaux.

6° Anne, mariée avec M. Nicolas Ducasse, bourgeois de Casteljaloux. Elle reçut en dot et ameublement la somme de 3.000 livres.

7° Marthe, mariée avec M. Jacob Minaut, habitant, de la juridiction de Caumont ; elle eut la même dot que sa sœur aînée.

8° Suzanne, mariée avec M. Me Jean Larrivière, docteur en médecine, habitant de la vicomte d'Aillas ; elle reçut la même dot.

X. JOËL DE JOLY, sieur de Bonneau, écuyer, baptisé à Casteljaloux parle sieur Duluc, pasteur de la R.P.R., au mois d'octobre 1614, servit quelque temps dans le régiment du Roi-Infanterie et se maria avec Jeanne Idida de Léglise, dont il eut :

1° Pierre, qui suit ;

2° Isaac, qui n'eut que deux filles de Mlle Laffore, sa femme.

3° Etienne, sieur d'Esclarens, marié le 26 avril 1681, après la mort de ses père et mère, avec Antoinette de Bacoue, d'où provinrent :

1. Marie Anne, mariée le 25 novembre 1707 avec Isaac Peyférié, capitaine de cavalerie au régiment de Saint-Germain Beaupré, mort le 15 février 1726. Elle avait porté en dot le fief et la seigneurie de Tauranas, le domaine de Barreyre, le bien de Lagubeyre et plusieurs créances.

2. Isabeau, mariée le 14 mars 1725 avec Gabriel Ducane, sieur du Mirail. Elle lui porta la maison de Casteljaloux ( ), le bien de Carnine et la métairie de Sabauras, située dans la paroisse de Mazerolles.

4° N... mariée avec M. de Loches, capitaine d'infanterie au régiment d'Auvergne.

5° Hilaire Joly de Bonneau, témoin au mariage de son neveu J. B. Joly de Bonneau ét de Germaine Marie de Brocas.

XI. PIERRE DE JOLY, sieur de Bonneau, écuyer, servit dans le régiment du roi-infantérie, fut conseiller secrétaire du roi près la chancellerie de la cour des Aydes de Guyenne et se maria par contrat du 23 juin 1683 avec Judie de Béraut, fille dé, Jean de Béraut, écuyer, et de Anne de Brocas. Il fut inhumé dans l'église de Mazerolles le 22 juillet 1737. Il eut 3 enfants :

1° Jean Baptiste, écuyer, seigneur de Sauros, des Matellins, de Lanauze et du Frêche, avocat et subdélégué de l'Intendance de Guyenne à Casteljaloux, né en 1686 et marié le 7 octobre 1710, avec Germaine Marie Sauros de Brocas, fille de feu Antoine de Brocas, écuyer, seigneur de Sauros, et de Marie de Loches, habitants de Casteijaloux. Dans le contrat le futur époux est dit habitant de la paroisse de Mazerolles et âgé de 24 ans, et la future épouse est aussi âgée de 24 ans. Le mariage fut célébré d'ans l'église de Notre-Dame de SaiiiterBazeille en présence de Nicolas de Béraut, écuyer, conseiller secrétaire du roi, beau-frère de l'époux, de Hilaire de Joly de Bonneau, son oncle, de Alain de Joly de Sabla, jurat de Sainte-Bazeille (Reg. parois.). Ledit Jean Baptiste n'eut qu'une fille :

Marie, mariée le 11 septembre 1730 avec Pierre de Joly de Bonneau Lavergne, seigneur de Sauros, son oncle, qui suit :

2° Pierre, qui suit ;

3° N..., mariée avec M. Botet de Lacaze.

XII. PIERRE DE JOLY DE BONNEAU LAVERGNE, écuyer, seigneur de Sauros, épousa sa nièce ci-dessus nommée Marie Joly de Bonneau, par contrat passé le 11 septembre 1730 devant M. Me Grassabeau, et en eut :

1° Pierre Isaac, qui suit ;

2° Anne, mariée avec Guillaume de Tastes, écuyer du Mas-d'Agenais.

3° Marie Lavergne.

4° Anne Birac. Ces deux dernières passèrent le 30 août 1776, avec leur dit frère Pierre Isaac un traité en vertu  duquel-il devait leur donner, pour leur part de l'héritage paternel et maternel une somme de 30.000 livres à chacune.

XIII. PIERRE ISAAC DE JOLY DE BONNEAU, écuyer, seigneur de Sauros, et des maisons nobles de Pouchard, du Frêche, du Tillac, La Flotte, Lanauze et Matellius, se maria en 1761 par contrat passé devant M. Me Bouhan, notaire à Bordeaux, avec Marie Sozé de Roger , fille de Jean Baptiste de Roger, greffier en chef du Parlement de Bordeaux et de Jeanne Suzanne Brondeau. A la suite de l'émigration de ses deux fils arrivée en septembre 1791, il fut déténu ainsi que sa femme, dans la maison d'arrêt du district, où il contracta une maladie grave qui le conduisit au tombeau en l'an VI. Ses biens et ceux de sa femme furent mis sous séquestre. II adressa le 6 messidor an II à la convention nationale une pétition disant que c'était par une méprise bien funeste qu'il subissait la loi concernant les pères et mères d'émigrés, attendu que ses deux fils n'étaient pas réellement émigrés, mais seulement cachés à cause des poursuites auxquelles ils étaient en butte, ce dont il ferait prochainement, la preuve, e! suppliant qu'en attendant il puisse jouir de ses meubles par la levée pure et simple du séquestre. Le 1er vendémiaire an III, la municipalité de Casteljaloux atteste que le citoyen Bonneau et la citoyenne Roger, sa femme, pétitionnaires sont, père et mère d'émigrés, qu'ils n'ont point manifesté d'attachement à la révolution, qu'ils ne se sont point opposés à rémigration de leurs enfants et que, d'après de fortes présomptions, il leur envoient de l'argent. - Le 4 prairial an VI, l'administration, centrale du département de Lot-et-Garonne, considérant que la citoyenne Roger, veuve Bonneau est mère d'émigrés et que son domaine du Tillac, commune d’Ambarés, vaut 61.840 francs, lui laisse 20.000 francs et le tiers du surplus et attribua le reste à la nation.

Ledit Pierre Isaac laissa :

1° Pierre qui suit ;

2° Antoine, écuyer, appelé en famille Birac, né le 12 novembre, 1766, filleul de Jean Antoine de Lansac de Montchevalier, marquis de Roquetaillade, premier baron du Bazadais et de Marie Anne de Joly de Bonneau de Béraut. Il servit dans le régiment de Champagne, émigra au mois de septembre 1791, obtint néanmoins par complaisance, le 21 vendémiaire an IX, de la municipalité de Versailles ainsi que son frère aîné, un certificat déclarant qu'il avait résidé sans interruption dans cette dernière ville, rue Lock, n° 10, depuis l'année 1791 jusqu'au 18 fructidor an V, et mourut célibataire à Mazerolles en 1840.

XIV. PIERRE DE JOLY DE BONNEAU, écuyer, appelé, en famille Sauros, né le 23 août 1764, filleul de Pierre Joly de Bonneau et de Marie Roger, femme de M. de Lansac, marquis de Roquetaillade, émigra le 27 septembre 1791, servit comme officier dans l'armée, de Condé, régiment de Conty-Dragon, avec ledit Antoine, vint s'établir au mois de janvier 1798 à Hambourg, où il se livra avec sonlfrère et M. du Sendat au commerce des vins jusqu'au 10 juillet 1800. Il épousa Marie Elisabeth Duval de Saint-Martin et en eut :

1° Louis, qui suit ;

2° Marie Antoine, écuyer, marié avec Marie Caroline d'Ayral de Labroue, d'où :

1. Agenor, mort en bas âge.

2. Marie Elisabeth Guillelmine, mariée avec le comte Albert d'Au-berjon et habitant actuellement le château de Lorette, ancienne demeure des Noguères, sieurs de Saint-Martin.

3. Marie Amélie Pétronille, filleule du marquis Pierre de Labroue et de Sophie de Labroue, baronne - d'Ayral de Sérignac et mariée avec son cousin germain, Jean Baptiste, qui suivra ;

4. Marie Gabrielle Berthe, célibataire.

XV. LOUIS DE JOLY DE BONNEAU, écuyer, épousa Marie Elisabeth de Pindré de Flourens, dont il eut ;

1° Jean Baptiste, qui suit ;

2° Roger Antoine, marié avec Ida de Lagrange.

XVI. JEAN BAPTISTE DE JOLY DE BONNEAU DUVAL, écuyer, habitant actuellement le château de Bonneau, commune de Romestaing, est marié avec sa dite cousine germaine Marie. Amélie Pétronille de Joly de Bonneau et a deux fils :

1° Marie Antoine Louis Charles, qui suit ;

2° Marie Guillaume Henri Roger, né le 6 août 1875, filleul de Roger Antoine de Joly de Bonneau, son oncle, et de Marie Elisabeth Guillelmine de Joly de Bonneau, comtesse d'Auberjon, sa tante.

XVII. MARIE ANTOINE LOUIS CHARLES DE JOLY DE BONNEAU DUVAL, écuyer, né le 22 juin 1867, filleul de Marié Antoine dé Joly de Bonneau, son grand-père maternel et de Marie Caroline d'Ayral de Labroue.

X. JÉREMIE DE JOLY, appelé de Sabla, à cause de la terre de Sabla qu'il eut pour sa part au marquisat, de Grignols, un des fils de Jean de Joly, 2e du nom, procureur d’office de Cocumont et de Françoise, de Seguin, vécut dans la R.P.R. qu'abjurèrent presque tous ses enfants, fut capitaine de cavalerie au régiment d'Escodéca de Boisse marquis de Malvoisin, épousa Anne d'Aricaut, fille de Pierre d'Aricaut, de nationalité anglaise, ministre protestant à Nérac en Albret. On l'appelait à Casteljaloux le grand Jéremie à cause de sa taille qui dépassait 6 pieds. Aucun de ses nombreux enfants n'eut moins de 5 pieds 8 pouces et plusieurs eurent 6 pieds, quoique leur mère fut extrêmement petite. Il eut deux filles et vingt-cinq, fils, dont vingt-trois entrèrent au service du roi dans le régiment de Sa Majesté et d-ans d'autres et seize furent tués les armes à la main dans le grade de lieutenant ou de capitaine, avant la mort de leur père. De ces seize tués on n'a retrouvé que deux lettres de lieutenant dans Picardie datées du 1er juillet 1691 et du 15 décembre 1695, et deux commissions de capitaine, une dans Orléans, de l'année 1692 et une autre de capitaine de grenadiers dans le premier bataillon de Guiscard. On ignore leur nom de baptême et celui qu'ils portaient en famille. Nous en mentionnerons neuf dont les sept premiers sont inscrits dans le testament de leur père :

1° Timothée, qui suit ;

2° Henry de Joly de Sabla de Laprade, qui fait la branche des Laprade, qui suivra Art. III.

3° Gaston, avocat et lieutenant criminel au sénéchal de Casteljaloux, mort sans enfants.

4° Alain, né vers 1654, capitaine au régiment de Picardie en 1691, marié à l'âge de 50 ans, le 17 mai 1704 dans l'église de N.-D. de Sainte-Bazeille avec Jehnne Dupeyron, âgée de 45 ans et veuve de Michel Durand, docteur en médecine et ensevelie dans ladite église, â l'âge de 63 ans le 9 avril 1722, sans, avoir eu d'enfants de son second mari, (Registres paroissiaux et Archives du Marquis de Bonneau). Alain testa dans ladite ville le 24 décembre 1732, voulut être inhumé dans ladite église, fit ses héritiers généraux les enfants de son neveu Mathurin de Joly de Sabla et laissa à Jeanne Durand, fille de Michel Durand et de Jeanne Dupeyron, décédés, l'usufruit et la jouissance de tous ses biens. L’acte fut passé en présence de Jean de Noguères, écuyer, sieur de Saint-Martin, etc. (Archives de Madame Grammont de Bentzmann au château de Lalanne).

5° Josué, surnommé Laubice, garde du corps du roi, puis, capitaine au régiment d'Aubigné qu'on levait alors, perdit sa commission dans une déroute de l’armée française et entra dans la congrégation de l'Oratoire à la suite d'une malheureuse affaire où le marquis de Fremus fut tué. Il ne laissa pas dé descendance.

6° Pierre, sieur de Druilha, lequel fait la branche des Druilha qui suivra Art. IV ;

7° Elie, sieur de Blazon, auteur de la branche de Blazon, qui suivra Art. V ;

8° Moncaut, capitaine de grenadiers dans le régiment d'Orléans mort en Flandres, sans enfants.

9° N... l'aîné, capitaine de dragons dans le régiment du roi tué en duel, sans postérité. Les deux filles N... et N... furent mariées, l'aînée avec M. de Laperche et la jeune avec M. de Lacrosse-Melet.  (Archives du marquis de Bonneau).

XI. TIMOTHÉE DE JOLY, sieur de Sabla, aide-major et capitaine au régiment de Picardie en 1675, réformé en 1677, fut nommé en 1690 capitaine dans le régiment des milices de Meaux. Il se convertit le premier de sa famille à la religion catholique à la suite des remontrances et des bontés dont il fut l'objet de la part de M. l'Evêque d'Agen, se maria par contrat du 25 septembre 1682, avec Catherine de Collomb, et fit bénir cette union dans l'église de Meilhan le 13 octobre suivant par M. Collomb de Labarthe Verchères, curé de Saint-Albert de Landerron, en présence de nobles Jean de Collomb, écuyer, conseiller et secrétaire du roi, Jean de Collomb sieur de Labarthe, Henri de Joly, sieur de Laprade et Me Bernard Antoine, clerc tonsuré. (Arch. de M. Bentéjac et Arch. de M. de Bonneau). Il eût :

1° Elie, capitaine au régiment de la Reine-Infanterie, tué à l'âge de 18 ans à la bataille de Frédelingue.

2° Mathurin, qui suit ;

3° N... mariée avec M. de Biroat, de Bazas.

XII. MATHURIN DE JOLY, sieur de Sabla, né le 13 octobre 1684, lieutenant au régiment de Meaux en 1695, mort capitaine et jurat à Sainte-Bazeille et enseveli le 9 nov. 1733, âgé de 49 ans, dans l'église N.-D. de cette ville, avait épousé le 14 mai 1712, Jeanne Durand, qui testa le 16 mars 1758 en faveur de ses enfants et fut ensevelie le 27 janvier 1759 dans l'église N.-D. - Il avait testé lui-même le 10 nov. 1732, et laissé à sa femme la jouissance de tous ses biens, dont les six fils et la fille qui survécurent, furent héritiers généraux. (Arch. de Mme Grammont de Bentzmann). Il eut :

1° Timothée, baptisé à Sainte-Bazeille le 1er avril 1713, filleul de Pierre Timothée de Joly de Sabla, eapitaine, et de Marie Bourguignon. Il devint prêtre, docteur en théologie et chanoine de Saint-André de Bordeaux. Il se retira à Sainte-Bazeille, où il testa le 1er mai 1791, légua 500 livres aux pauvres de cette dernière ville, voulut que ses deux nièces Jeanne et Marie Ursule de Bentzmann fussent logées, nourries, chauffées et éclairées chez leur frère, son héritier général, ou reçussent en compensation 800 livres de rente annuelle et viagère chacune et le quart de ses meubles et effets, donna à Maurice Timothée Lantillac, son neveu, 1.200 l. en argent, à Marguerite Dupeyron, femme de son héritier général, une rente de 50 livres et fit son héritier général Pierre Honoré Joseph de Bentzmann, écuyer, son neveu. Il mourut le 6 novembre 1791, (Arch. de Mme G. de Bentzmann).

2° Alexis, baptisé le 26 juin 1714, filleul de Alexis de Joly de Sabla, capitaine, absent, représenté par Jean Durand, docteur es-lois, et de Jeanne Dupeyron, tous de Sainte-Bazeille. Il fut lieutenant au régiment des grenadiers royaux de Modène, quitta le service à cause de sa mauvaise santé et mourut à l'âge de 71 ans le 4 octobre 1785. (Arch. du Marquis de Bonneau et Reg. parois.) Il avait, le 4 septembre 1783, fait son testament en vertu duquel il léguait aux Dames de la Charité de Sainte-Bazeille 300 livres polir le bouillon des pauvres, et aux mêmes 10.000 livres à distribuer aux pauvres sous la direction de M. le curé ou pour établir un hôpital, s'il était possible, plus 100 livres à la Confrérie du T.-S. Sacrement de la paroisse de Sainte-Bazeille, 1.000 livres à sa sœur Marie Anne de Joly de Sabla, femme du sieur de Lantillae, et instituait son héritier général sou, frère Timothée de Joly de Sabla, chanoine de Saint-André de Bordeaux, qui demeurait avec lui. (Arch. de Madame G. de Bentzmann).

3° Jean Joseph, baptisé le 4 septembre 1715, filleul de Jean Joseph Durand, avocat et de Catherine Durand, femme de David Merlande et enseveli dans l'église N.-D., à l'âge de 16 ans, le 13 septembre 1731 (Reg. parois.).

4° Marie, baptisée le 2 février 1717, filleule de Jérémie Joly de Sabla dit Beson, capitaine, et de Jeanne Dupeyron ; sa grand-mère, représentée par Marie Bourguignon, de Marmande (Reg. parois.) Elle fut mariée le 3 septembre 1737 à Joseph de Bentzmann, écuyer, fils de feu Jean de Bentzmann, écuyer et de feu Ursule Boissonneau (Arch. de Madame G. de Bentzmann). ,

5° Eugène, baptisée le 20 novembre 1718, filleul de Alain de Joly de Sabla, ancien capitaine, habitant de Sainte-Bazeille, et de Jeanne Bouet (Reg. parois.) Il était mort avant le testament de son père du 10 novembre 1732.

6° Jean Félix, baptisé le 12 janvier 1720, filleul de Jean-Joseph Durand, avocat et jurat de Sainte-Bazeille et de Madeleine Thérèze de Cazenove et tué à Bordeaux eu 1739 étudiant en philosophie. (Reg. parois. et Archives du marquis de Bonneau).

7° Michel, baptisé le 30 mars 1722, filleul de Jean Durand, avocat et de Marguerite Merlande, capitaine, au régiment de Poitou et tué à la bataille de Rosbach le 15 novembre 1757 (Reg. parois. et Arch. de Madame G. de Bentzmann).

8° Maurice, prêtre, docteur en théologie, vicaire de Sainte-Bazeille baptisé le 9 nov. 1723, filleul de Timothée de Joly de Sabla, écolier, et dé Marie de Joly de Sabla, ses frère et sœur, et enseveli à l'âge de 60 ans, lé 27 août 1783 dans le chœur de l'église de N.-D., du côté de l'épître (Reg. parois.).

9° Pierre Alain, baptisé, le 13 septembre 1724, filleul de Pierre Merlande, jurat, et de Madeleine Thérèze de Çazenove, femme de Jean Durand, et enterré dans le cimetière de Sainte-Bazeille à l’âge de 55 ans le 14 avril 1779 (Reg. parois.).

10° Jean, baptisé le 30 juillet 1726, filleul de Jean Joseph de Joly de Sabla, son frère, et de Jeanne Thérèze Merlande (Reg. par.) Il était mort avant le testament de son père, de l'année 1732.

11° Marie Anne, née le 6 mars 1733, filleule de Félix de Joly de Sabla, écolier, son frère, et de Marie de Joly de Sabla, sa sœur ; mariée le 26 août 1760 avec Jean de Lautillac, vivant noblement, fils de feu Jean de Lantillac, ancien capitaine au régiment de Champagne et de Marguerite Deschamps, en présence de Alexis de Joly, sieur de Sabla, ancien officier, et de Pierre de Joly de Sabla, frères de l'épouse, et ensevelie le 21 vendémiaire an II. (Registres paroissiaux et de l'Etat civil).

 

III. BRANCHE DE LAPRADE.

 

XI. HENRI DE JOLY DE SABLA, sieur de Laprade, écuyer, capitaine au régiment de Champagne-Infanterie, fils de Jérémie de Joly, sieur de Sabla, et de Anne, d'Aricaut, épousa en 1683 Marie de Lafon, fille unique et héritière de Odet de Lafon, sieur du Breuil et en eut :

1° Odet, qui suit ;

2° François, tué à l'âge de 15 ans, lieutenant au régiment de Limousin, à l'attaque d'un ouvrage, lors des guerres d'Italie sous Louis XIV.

3° André, surnommé Laprade, capitaine, au régiment de Limousin, fait chevalier de Saint-Louis le 26 juin 1719 pour les services qu'il rendit au siège de Fontarabie où sa capacité et sa bravoure le firent choisir pour capitaine des sapeurs, ce qui lui mérita aussi 400 livres de pension que le roi lui accorda le 29 janvier 1720. Il jouit quelque temps après sa retraite, de 800 livres de pension. En 1746 il fut commandant du bataillon des milices de Marmande. Il eut de Marie Faget, qu'il avait épousée en 1730, un fils unique :

N… capitaine premier aide-major du régiment Royal-Roussillon, tué à l'affaire de Berghen en Allemagne, l'an 1758.

4° Probablement Marie, née en 1686, femme puis veuve de Joseph Veyries, ancien cornette de cavalerie, morte à l'âge de 83 ans et ensevelie à Sainte-Bazeille le 13 octobre, 1769. (Registres paroissiaux et Arch. du marquis de Bonneau).

XII. ODET DE JOLY DE SABLA DE LAPRADE, écuyer, sieur du Breuil et de la maison noble du Roudil, habitant de Couthures, ne servit pas et épousa en 1731 Catherine Pauzet, dont il eut :  

1° Jean, qui suit ;

2° Probablement Marie, mariée en 1760 avec son cousin Mathurin de Joly Blazon de Sabla.

XIII. JEAN DE JOLY DE SABLA, écuyer, sieur du Breuil, entra le 19 juin 1755 dans la 2e compagnie des mousquetaires de la garde du roi où il servit jusqu'à la suppression de ladite compagnie. Il eut en 1771 une pension de 300 livres en considération de ses services et de ceux de ses ancêtres. Il conserva la moitié de ses appointements pour son traitement de réforme et reçut la croix de Saint-Louis. Il obtint en 1774 la commission de capitaine de cavalerie. (Arch. du marquis de Bonneau).

 

IV. BRANCHE DES DRUILHA.

 

XI. PIERRE DE JOLY DE SABLA, sieur de Druilha, fils de Jérémie de Joly de Sabla et d'Anne d'Aricaut, se retira du service avec le grade de lieutenant dans le régiment de Champagne et se maria avec Françoise Thérèze de Léglise, dont naquit :

XII. JEAN DE JOLY DE SABLA, sieur de Druilha, marié avec Louise de Dravernan, d'où provinrent deux fils :

1° N... fait lieutenant au régiment d'Auvergne en 1758.

2° N... fait lieutenant au même régiment en 1760. Les deux frères furent de la campagne d'Allemagne et se retirèrent du service en  1764. (Arch. du marquis de Bonneau).

 

V. BRANCHE DES BLAZON.

 

XI. ELIE DE JOLY DE SABLA, sieur de Blazon, lieutenant de Grenadiers dans Guiscard, puis capitaine, né vers 1675, était un des vingt-sept enfants de Jérémie de Joly, sieur de Sabla et d'Anne d'Arieaut. Le 4 février 1715, après la mort de ses père et mère, il abjura la R. P. R. dans l'église N.-D. de Sainte-Bazeille, en présence de Alain de Joly de Sabla, premier consul de l'année courante, de Jean Durand, avocat au Parlement etc., et épousa le 26 février suivant, à l'âge de 40 ans, demoiselle Jeanne Bouet, habitante de Saint-Martin de Serres et signèrent au registre : « De Brezets, Gaston de Sabla, Alain de Sabla, Sauvin de Lostère, Lacrosse de Mellet. » Ledit Elle de Joly de Blazon fut jurat et consul de Sainte-Bazeille et fut enseveli dans l'église N.-D., le 7 janvier 1753 ; sa femme, morte le 25 nov. 1736, avait été inhumée aussi dans la même église. (Reg. parois.) Ils eurent :

1° Marie Luce, baptisée le 13 décembre 1715, filleule de sieur joly de Sabla, capitaine, habitant de la paroisse de Saint-Sylvestre de Sadirac, et de Marie Joly de Sabla, habitante de la paroisse de Tarsac. (Reg. parois.). Elle épousa noble Biaise de Lagorce, écuyer, en eut plusieurs enfants, demeura sa veuve et mourut le 6 juin 1782. (Reg. parois.).

2° Jeanne, baptisée le 5 décembre 1717, filleule de Gaston Joly de Sabla, ancien lieutenant criminel, habitant de la ville de Casteljaloux et de Jeanne Dupeyron, épouse de Alain de Joly de Sabla, habitante de Sainte-Bazeille ; ensevelie dans l'église Notre-Dame à l'âge de 46 ans, le 19 juin 1763, (Reg. parois.).

3° Pierre, baptisé le 21 août 1720, filleul de Pierre Bouet, bourgeois de Saint-Martin de Serres et de Jeanne Dupeyron, femme d'Alain de Joly de Sabla, et enseveli dans l'église N.-D. à l'âge de 42 ans le 2 août 1762 (Reg. parois.).

Il avait épousé le 11 juillet 1751 demoiselle Marguerite Merlande, d'où provinrent :

1. Marguerite, née le 6 septembre 1751, filleule de François Merlande et de Marguerite Cbambaudet et morte le 13 mai 1754.

2. François, gendarme du roi, baptisé le 20 octobre 1752, filleul de François Merlande et de Marie Merlande, et mort le 28 août 1782, âgé de 30 ans.

3. Jean Baptiste, marié avec demoiselle Goyneau, d'où naquit :

Joseph Jacques, baptisé le 26 décembre 1786, filleul de Jacques Goyneau, négociant de Bordeaux et de Marguerite Merlande, sa grand-mère.

4° Jeanne, baptisée le 30 janvier 1722, ensevelie dans l'église N.-D. à l'âge de 37 ans, le 28 octobre 1759 (Reg. parois.).

5° Jeanne Rose, baptisée le 23 mars 1734, filleule de Nicolas de Brezets, juge royal civil et criminel, habitant dé la paroisse de Saint-Martin de Serres, et de Jeanne Constant, de la même paroisse. (Reg. parois.)Elle épousa par contrat du 6 juin 1747, Jacques Goyneau, avocat en parlement, fils de Bertrand Goyneau, procureur du roi en l'ordinaire de Sainte-Bazeille, et de Jeanne Courrèges.

6° Mathurin Joly Blazon de Sabla, baptisé le 2 janvier 1726, filleul de Mathuriu Joly de Sabla et de Honorée de Brezets. Il fut capitaine d'une compagnie franche et gouverneur de Meilhan, puis maire de Sainte-Bazeille et mourut le 28 janvier 1777, à l'âge de 51 ans. Il avait épousé en 1760 Marie Joly de Sabla de Laprade, sa cousine, d'où :

1. Pierre, baptisé le 14 mai 1762, filleul de Pierre Joly Blazon de Sabla et de Catherine Pauzet.

2. Jean Baptiste Antoine, baptisé le 24 mars 1763, filleul de Jean Baptiste Joly de Sabla de Laprade, mousquetaire du roi et de Jeanne Joly Blazon de Sabla, et enseveli le 29 avril 1768.

3. Marie Jeanne Louise, baptisée le 28 février 1764, filleule de Jean Baptiste Joly de Sabla de Laprade, mousquetaire du roi et de Marie Joly de Sabla, et mariée le 21 juillet 1788 à Nicolas de Lagorce de Limoges, écuyer, chevalier, fils de Guillaume Morian de Lagorce de Limoges et de Marie Rolle de Baleyssac, habitant de la paroisse d'Artus, juridiction de Mauvezin .

4. Marguerite, baptisée le 16 février 1765 et morte le 27 avril 1768.

5. Marie, baptisée le 7 tuai 1766, filleule de Pierre Phélix Joly Blazon de Sabla, son oncle et de Marie Joly de Sabla, sa tante et ensevelie le 4 juin 1779.

6. Jean Baptiste, baptisé le 6 juillet 1767, filleul de Jean Baptiste Joly de Sabla de Laprade, écuyer, et de Marie Joly de Sabla sa tante, et mort le 28 avril 1768.

7. Elisabeth, baptisée le 13 novembre 1768 et ensevelie le 13 avril 1774.

8. Antoine, baptisé le 29 octobre 1771.

7° Philippe dit Phélix, qui suit ;

8° Joseph, baptisé le 12 mars 1730, filleul de Pierre Joly de Sabla, étudiant à Marmande et de Marie Joly de Sabla.

9° Odot Télesphore, baptisé le 5 janvier 1733, filleul de Odot Joly de Sabla, seigneur de la maison noble du Roudil, habitant de Couthures et de Catherine Pauzet, épouse du parrain, le baptême étant donné eu présence de Georges de La Jaunie.

10° Louis, dit Lamothe, baptisé le 10 avril 1736, filleul de Pierre de Joly Blazon de Sabla, son frère et de Jeanne de Joly Blazon de Sabla, sa sœur (Reg. parois.) Il devint curé de Belliet. (Arch. de M. Lodoïs Joly Blason de Sabla, de Nérac.) ,

XII. PHILIPPE dit PHÉLIX DE JOLY BLAZON DE SABLA, consul de Sainte-Bazeille, baptisé le 28 mai 1727, filleul de Pierre de Joly de Sabla, écolier, et de Jeanne de Joly de Sabla, mort après sa femme le 4 septembre 1781 à l'âge de 54 ans. Il avait épousé en 1766 demoiselle Jeanne Billaud et en avait eu :

1° Marie, baptisée le 28 novembre 1767, filleule de Mathurin, Joly Blazon de Sabla et de Marie Goyneau et morte âgée de 6 mois le 20 mai 1768.

2° Jean, baptisé le 2 avril 1769, filleul de Jean Desportes et de demoiselle de Lanauze et mort âgé de 4 ans le 3 mai 1773.

3° Jean, baptisé le 14 juillet 1771.

4° Anne, baptisée le 8 mai 1774.

5° Bernard, baptisé le 27 avril 1 776 et mort le même jour.

6° Aune, baptisée le 10 avril 1778 (Reg. parois.)

7° Guillaume, qui suit :

XIII. GUILLAUME DE JOLY BLAZON DE SABLA, se maria avec demoiselle N... et en eut un fils, qui suit :

XIV. JEAN DE JOLY BLAZON DE SABLA, marié avec Marie Boisson, habitante de Nérac, d'où provinrent :

1° Célestine, morte au berceau.

2° Beloni, mort au berceau.

3° Jenuy, morte à Paris à l'âge de 50 ans.

4° Célestin, marié avec Adeline Bast, de Nérac, dont il n'eut pas d'enfants.

5° Omer, marié avec Montillette Marie Montaud, de Nérac, d'où naquirent :

1. Un fils mort tout jeune.

2. Un fils mort tout jeune.

3. Homerina, mariée à Nérac avec M. Louis Loré.

4. Nelly, mariée avec M. Dupouy.

6° Adrien, qui suit ;

7° Beloni, marié avec Marguerite N... d'où :

1. Edouard.

2. Eugène.

3. Marie.

8° Lodoïs, habitant de Nérac, marié avec Marie Boisson, d'où :

Lodoïska.

XV. ADRIEN DE JOLY BLAZON DE SABLA, marié avec demoiselle Rose Lartigue, de laquelle il eut :

1° Nathalie, mariée avec M. Arnaud Daribeau.

2° Adrienue, morte à Agen à l'âge de 20 ans.

3° Amélie, mariée avec M. Pringuey.

4° Sara, mariée avec M. Bigou.

5° Siméon.

6° Roger.

(Arch. de M. Lodoïs de Joly Blazon de Sabla, de Nérac).

 

Notes :
 

1. Cette maison avait été auparavant celle des Saintrailles et appartenait à la famille de Brocas lorsque le 7 octobre 1659 Louis XIV ayant fait son entrée dans la ville de Bazas, y logea en se rendant à Nérac. Cette demeure avait déjà reçu Louis XIII, à son retour de Monheurt en 1621, et Marie de Médicis, à son retour de Toulouse en 1632. Elle passa plus tard par moitié, à M. de Bonneau et à M. de Beaupuy.

2. Elle avait pour sœur autre Marie de Roger, femme de Jean Antoine de Lansac, chevalier, seigneur marquis de Roquetaillade, premier baron du Bazadais.

Histoire de la ville et de la baronnie de Sainte-Bazeille par l'abbé R.-L. ALLIS.

 

Retour haut de page