Armorial.
C.H.G.H.47
Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

Cancon.

Cancon

Palé de huit pièces d'or et de gueules à la bordure de sable chargé de besants d'argent.

 

Casseneuil.

Casseneuil

De gueule à la branche d'argent arrachée effeuillée de trois pièces.

 

Cassignas. (1)

Cassignas

D'or au rameau ou rinceau de chêne posé en barre, tigé de sable, feuillé en englanté de sinople ; au chef du dernier chargé de deux fleurs de lys d'or.

Cri sur une banderole d'or aux retroussis de sinople à dextre et d'or à senestre :

" Cassanum Cassanhabella 1263 "

Devise sur listel aux mêmes couleurs :

" Debat lou casse fay boun bioure. "

" Dessous le chêne il fait bon vivre. "

 

Castelculier.

Castelculier

Coupé : au premier d'argent à la croix tréflé de gueule, au second d'azur à l'enceinte fortifiée d'une tour d'or, maçonné de sable et ouverte sur le champ.

 

Casteljaloux. (2)

Casteljaloux

" Fiat pax in virtute tua et abundantia in turribus tuis. "

"Que la paix soit dans ta vertu, et la tranquillité dans tes tours. "

Tranché d’or et de sable de trois tours d’argent brochant sur le tout.

 

Castella. (3)

Castella

D'azur, à cinq titres de quatre losanges aboutées et accolées d'or, soit vingt losanges posés 4, 4, 4, 4, à dextre, accompagnés d'un lion du même à senestre, et d'un autre losange d'or en pointe.

Couronne de comte d'or, perlée d'argent et grêlée de gueules.

Devise sur listel d'or bordé d'azur, aux retroussis coupés des mêmes :

" Des croissants à la pleine lune, elle obtient toujours le plein pouvoir. "

 

Castelmoron-sur-Lot.

Castelmoron-sur-Lot

D'argent à 1 château de gueules surmonté d'une tête de maure de sable.

 

Castillonnès.

Castillonnès

D'azur à 3 châteaux d'argent posés 2 et 1.

 

Castillonnès.

Castillonnès

Variante : D'azur à trois tours couvertes et pavillonnées d'argent, ouvertes de sable, accompagnées de trois fleurs de lis d'or rangées en chef.

Les armoiries de Castillonnès ont été enregistrées par les d'Hozier en 1698 et se trouvent à la Bibliothèque Nationale dans « l'Armorial de Guienne », sous le numéro 1.137. Les armes de la ville étaient « d'azur aux trois châteaux d'argent posés 2 et 1 ».

Oscar Bouyssy, dans sa « Notice sur Castillonnès », en donne une description bien différente en ce qui concerne la couleur du blason :

« Les armes de la ville de Castillonnès étaient de gueule « à trois portes de ville surmontées de trois tours d'argent maçonnées de sable, celle du milieu, plus élevée que les deux autres et pavoisée ; l'écu timbré d'une couronne de comte et entouré d'une guirlande de lauriers ».

Nous ignorons l'origine de cette description erronée qui substitue le rouge au bleu original de l'écu.

La guirlande de lauriers qui entoure les armes et le sceau communal aurait été accordée par le frère du roi Charles V, Louis d'Anjou, par une ordonnance signée à Bergerac le 4 septembre 1377. Par cette ordonnance qui confirmait les privilèges des nobles, consuls et habitants de Castillonnès, ce prince leur permettait d'encadrer les armoiries de la ville de cet ornement honorable pour récompenser le bon vouloir et le courage qu'avaient déployé les 200 hommes d'armes, que la jurade de Castillonnès avait envoyés, pour l'aider à reprendre Bergerac sur les Anglais.

Les trois portes fortifiées, surmontées de tours rondes qui figurent sur les armoiries modernes de Castillonnès, sont sans doute la répétition des motifs qui ornaient le sceau de cette bastide très forte.

Le bois qui orne la couverture de cet ouvrage offre une reproduction grossière de ces armes. On a ajouté aux trois tours les trois fleurs de lys, emblème que toutes les villes royales avaient le droit d'adopter (1).

Castillonnès avait également une devise qui figurait sur son sceau :

« Deo regibus que semper ut olim (3). »

(1). Léon-Jeffrey Hoare, Castillonnès d’hier et d’aujourd’hui © 1966.

(2). Les habitants de Castillonnès tiennent énormément au titre de ville. Déjà en mai 1791, le Conseil Municipal avait protesté auprès de l'administration départementale qui avait utilisé le mot « bourg ». Le Directoire du Département répondit avec assez d'esprit : « Quant au nom de bourg dont la Municipalité de Castillonnès a été qualifié vous ne devez pas vous alarmer de ce qui a été certainement une méprise. Il n'y a plus de privilèges maintenant attachés au titre de ville qu'à celui de bourg et le règne de la Raison est celui où l'on doit le moins s'occuper des mots ».

(3). Dieu est toujours alors que les rois ne le sont qu'une fois.

Castillonnès.

Castillonnès

D'azur au château de trois tours couvertes d'argent, celle du milieu flammée de gueules.

 

Caudecoste.

Caudecoste

D'or au mont de tois coupeaux d'azur mouvant de la pointe.

 

Caumont-sur-Garonne.

Caumont-sur-Garonne

" D'azur à trois léopards d'or, couronnés, armés et lampassés de gueules, passant l'un au-dessus de l'autre. "

 

Clairac.

Clairac

" Ville sans roy, soldat sans peur "

Cri : " Lux clareat "

D'azur à 1 soleil rayonnant d'or.

 

Clermont-Dessous.

Clermont-Dessous

D'argent à la croix de Malte de gueules.

 

Cocumont.

Cocumont

(1863) D'or au montagne de chênes de sinople ; au chef d'azur chargé de trois abeilles d'or.

 

Colayrac-Saint-Cirq. (4)

Colayrac-Saint-Cirq

Tranché, de gueules au léopard d'or, et d'azur à trois fasces ondées d'argent ; à la cotice d'or brochant sur le tout.

Couronne de comte d'or, perlée d'argent et grêlée de gueules.

Devise en lettres d'or, sur listel de sinople entourant l'écu :

" So que l'homme li donno, la terro sat li tourna. "

" Ce que l'homme lui donne, la terre sait lui rendre. "

 

Notes :

(1) Les armoiries de Cassignas ont été adoptées le 13 novembre 1997 et inscrites dans le registre Guyenne-Agenais. Les recherches et la conception ont été réalisées par Roger SÉRÉ.

(2) Les armes de Casteljaloux sont surmontées d’une devise en latin, tirée de la vulgate, psaume 121, « Laetatus sum » (Je suis heureux).

(3) Les armoiries de Castella ont été adoptées le 2 avril 1984 et inscrites dans le registre Guyenne-Agenais. Les recherches et la conception ont été réalisées par Roger SÉRÉ.

(4) Les armoiries de Colayrac-Saint-Cirq ont été adoptées le 30 mars 1998 et inscrites dans le registre Guyenne-Agenais le 14 mai 1998. Les recherches et la conception ont été réalisées par Roger SÉRÉ.

 

 

Retour haut de page