Eglises, chapelles & paroisses.
C.H.G.H.47
Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

RAZIMET.

Toponymie.

Compte de 1326. Capella sancti Johannis de Rezimet.

Saint-Patron.

Saint Jean Baptiste. Sa fête locale se célèbre le 29 juin ou le dimanche qui suit.

Titres.

Sous l’ancien régime cette paroisse était une cure du diocèse de Condom, archiprêtré du Cayran, à la nomination de l’Évêque. Dans le projet de circonscription de 1792 par les Constitutionnels, l’église de Razimet est marquée comme succursale de Calonges. Elle est érigée à l’organisation (1803) en succursale du canton de Damazan.

Topographie.

Le territoire de cette paroisse se confond avec celui de la commune du même nom. Sa superficie est de 703 hectares. Les principaux lieux sont : Chaneau à 1.800 mètres de l’église ; Beroye à 700 mètres ; Gourrin à 1.300 mètres ; la Campagne à 1.500 mètres, Menègne à 1.800 mètres.

À 9 kilomètres de Damazan ; à 31 kilomètres de Nérac ; 41 kilomètres d’Agen. – Bureau de P.T.T. à Puch (2 kilomètres 100). – Gare la plus rapprochée : Tonneins (8 kilomètres).

Note d’archéologie. « Époque romaine. Il existe un cimetière antique à 100 mètres à l’ouest de l’église. J’ai remarqué dans une tranchée à 2 mètres de profondeur des urnes… On a trouvé sur ce point un cercueil de pierre et des morceaux de tuiles à rebords. – Beau chapiteau de marbre blanc, orné d’un seul rang de feuilles d’acanthe dont les pointes tiennent lieu de volutes. Ce chapiteau dont ne connaît point la provenance est conservé dans l’église où il sert de support à une statue.
« Moyen âge. – Près de l’église on voit à la surface du sol des cercueils en pierre de l’époque carolingienne. » (G. THOLIN, note inédite).

Église.

M. THOLIN dans ses notes inédites a consacré à l’église de Razimet la notule suivante : « Salle rectangulaire en pierre et en brique flanquée de contre-forts sans aucun style. Cette église paraît dater du XVe siècle. Dans une restauration moderne on a divisé l’intérieur d’une manière factice en trois nefs et trois absides semi-circulaires, le tout avec des voûtes en plâtre. »

Temporel. Sous l’ancien régime le curé de Razimet possédait une pièce de terre de ¾ de journal 18 escats estimée 450 livres. Le presbytère estimé 895 livres 6 sols 3 deniers fut vendu pendant la Révolution (Biens nat. Affiches et liasses).

Spirituel.

Sous l’ancien régime comme depuis le Concordat cette paroisse a toujours eu droit au service curial ordinaire. On y célèbre la fête de l’Adoration le 12 décembre. Il y a une école laïque mixte dirigée par un instituteur.

Démographie.

431 âmes en 1843. L’ordo de 1913 donne 324 âmes.

Titulaires depuis le Concordat.

1° Jean LALIBERT, curé de Lussac avant la Révolution, refusa le serment et subit la déportation en Espagne avec son frère, curé de Corbian. À l’organisation (1803) il fut nommé à Razimet. Il se retira au mois de mars 1804 et mourut au mois de décembre suivant.

2° Jean BÉZIAT, né le 17 septembre 1753. Il était vicaire à Bruch avant la Révolution. Il prêta le serment, fut élu curé de Lalandusse le 4 décembre 1791 (Procès verbal dans les papiers du district de Lauzun), puis de Houeillès le 10 novembre 1792 (Procès verbal dans les papiers du district de Casteljaloux) ; puis du Sendat le 30 décembre 1792 (Ibidem). M. LADAVIÈRE, en 1803, fournit sur son compte à Mgr JACOUPY les renseignements suivants : « M. BÉZIAT, curé du Sendat, est ce prêtre de bonne mine qui vous complimenta lorsque ceux de Casteljaloux et de Marmande vinrent vous voir. Il n’est curé que depuis la Révolution. Il est très aimé dans sa paroisse qui a présenté une pétition pour le conserver. Il est très instruit et bien en état. Il est né près de Condom, il était vicaire dans le Condomois. Il a un frère marié ici, tanneur. Il a acheté une maison et un pré dans sa paroisse ; il a pendant quelque temps donné lieu à des propos parce qu’une dame veuve mange son revenu avec lui ; on s’y est accoutumé. » Les notes de sources insermentées sont moins favorables : « Interdit autrefois par ses supérieurs, intrus dans cette paroisse (Le Sendat), orateur de club, vicieux quelquefois sans ménagement, vivant avec une femme depuis plus de douze ans, avec qui sa simple cohabitation est un scandale, membre de comité révolutionnaire de Casteljaloux. » Nommé à Razimet le 17 mars 1804, il y mourut en 1823.

3° Pierre BORDES, né le 8 février 1798, nommé à Razimet le 1er janvier 1824, transféré le 31 octobre 1825.

4° Antoine BIDON, né le 29 octobre 1793, nommé à Razimet le 1er novembre 1825, transféré à Condesaigues.

5° Joseph BARON, né le 7 août 1802 à Golfech (Tarn-et-Garonne), nommé à Razimet en décembre 1833, transféré à Sainte-Eulalie le 1er janvier 1837 (Voir art. Doulougniac).

6° Bernard DUMOULIN, né le 13 décembre 1803 à Aiguillon, nommé à Razimet le 4 février 1839, transféré à Norpech le 18 octobre 1861 (Voir art. Norpech).

7° Étienne ROQUES, né au Port-Sainte-Marie le 18 décembre 1817, prêtre le 20 décembre 1865, vicaire de Puch en 1846, recteur de Razimet le 22 décembre 1847, de Fieux le 22 septembre 1849, de Bréchan le 1er juillet 1867, d’Artigues le 11 décembre 1871, de Bréchan le 22 janvier 1877, décédé le 29 juin 1886.

8° Nicolas AUZONS, né le 11 septembre 1822, nommé à Razimet le 16 juillet 1852, transféré à S. Cirice au mois de juin 1756. (Voir art. Monpezat).

9° Étienne BARTHE, né à Casteljaloux le 18 août 1829, prêtre le 18 décembre 1852, vicaire à Marmande en 1852, nommé à Razimet le 9 juin 1856, excorporé le 13 juillet 1858.

10° Bernard GUIRAUD, né le 28 avril 1809, nommé à Razimet au mois de février 1862, décédé le 31 juillet 1890 (Voir art. Buzet).

11° Jean Baptiste CAMPUNAUT, né le 8 janvier 1827, nommé à Razimet (?), décédé le 17 janvier 1897 (Voir art. Villottes).

12° Pierre AUROUX, né le 4 septembre 1839, nommé à Razimet le 15 février 1897, retraité le 31 juillet 1906 (Voir art. Ruffiac).

13° Jean Joseph DAUBAGNA, né à Orthez (B.-Pyrénées) le 24 septembre 1876, prêtre le 6 juin 1903, recteur de S. Médard le 15 juin 1903, de Razimet le 18 juillet 1906, de Courbiac (Tournon) le 18 mars 1908, nomination non maintenue, en religion (?) en Espagne.

14° Vincent Paul GUINLOT, né le 1er décembre 1866, nommé à Razimet le 16 septembre 1908, transféré à Lagarrigue en 1916. Aujourd’hui (1917) la paroisse est desservie par le curé de Villeton.

Texte du chanoine DURENGUES. 18 J 36 à 42. Archives départementales de Lot-et-Garonne.

Retour haut de page