Eglises, chapelles & paroisses.
C.H.G.H.47
Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

MONTAYRAL.

Saint-Germain de Montayral et son annexe :

Saint-Martin de Perricard alias de Mazières.

Valéri place ces deux paroisses dans l'archiprêtré de Opere. Le titulaire prend le nom de prieur-curé.

L'église de la matrice est champêtre, dans une plaine à deux mille pas du Lot. Il y a trois ou quatre maisons auprès. Elle est longue de quatorze cannes, large de quatre, haute de six. Le sanctuaire est voûté, la nef n'est pas lambrissée. Il y a une chapelle du côté de l'Évangile bâtie en 1654 par un seigneur de Montayral, voûtée et séparée de la nef par deux arceaux et un pilier de pierre et de tuile. Le clocher est sur l'arceau du sanctuaire.

Celle de l'annexe est champêtre aussi, dans un vallon avec trois ou quatre maisons auprès. Elle est longue de seize cannes, large de quatre, haute de dix. Le sanctuaire est voûté, la nef n'est pas lambrissée. Le clocher est sur deux arceaux en forme de tour carrée. L'église est du XIIe, le clocher du XIVe siècle (1).

Dans les deux paroisses la dîme du blé et du vin se paie au dixième, des menus grains au seizième. A l'annexe le curé prend tout le revenu. A la matrice l'évêque prend la moitié du blé, les trois quarts du vin et des pailles ; l'archidiacre le seizième du blé, le seigneur de Montayral le dix-huitième du blé à titre d'inféodation (2) ; le curé prend tout le reste. Son revenu est évalué à 1.800 livres. A la matrice il y a un presbytère adossé à l'église, un gleysage de vingt-deux cartonnats de terre labourable et trois de pré. De plus les habitants du village de Romet et Tinebas font au curé une rente annuelle de cinq ou six quartons de blé. La chapellenie de Cars ou Delsouy desservie dans l'église Saint-Barthélémy de Tournon a ici la majeure partie de ses biens. Son revenu consiste en rentes foncières et directes, savoir : neuf quartons de froment qui sont la moitié d'un tènement, dont l'autre moitié est possédée par un particulier : seize quartons de froment d'un autre tènement dit de la Tremouillère ; trois quartons provenant d'un troisième tènement. Ce bénéfice possède d'autres rentes dans les paroisses de Lapujade et de Ladignac. A l'annexe il y a un autre gleysage de quatorze ou quinze cartonnats de terre labourable.

C'est l'Évêque qui nomme au bénéfice.

On compte six cents communiants à Montayral et trois cent onze à Péricard. Le curé dessert l'annexe, un vicaire la matrice. Au lieu de la Rivéde il y a une chapelle dédiée à sainte Anne, Le jour de cette sainte on y va dire la messe par suite d'un vœu de paroisse. Le titulaire actuel est Pierre-François de Galaup, qui émigrera en 1791, rentrera en France pour y mourir en l'an III. Le 2 janvier 1790, il résignera sa cure à Pierre Tresrieux qui prêtera le serment et mourra aussi pendant la Révolution.

Saint-Pierre de Bourlens et son annexe : Saint-Sernin de Thézac.

Valéri place ces deux paroisses dans l'archiprêtré de Opere.

L'église de la matrice est du XIe siècle (3). Elle est champêtre, dans un vallon. Il y a quatorze ou quinze maisons auprès.

Ses dimensions sont : douze cannes de longueur, dix de largeur et dix de hauteur. Le sanctuaire est voûté, la nef n'est pas lambrissée. Il y a une chapelle voûtée en plein cintre du côté de l'Évangile, elle est dédiée à Notre-Dame, et une autre du côté de l'Épître dédiée à saint Jean. Cette église a été consacrée. Le clocher est sur l'arceau du sanctuaire en forme de tour.

Celle de l'annexe est champêtre à deux cents pas des maisons. Elle est longue de quatorze cannes, large de six, haute de huit. Le sanctuaire est voûté, la nef n'est pas lambrissée. Le clocher est sur le mur au fond de l'édifice.

Dans les deux paroisses la dîme du blé se paie au treizième, du vin à discrétion, des menus grains au grenier. A Bourlens l'Évêque (4) prend tout le vin et les trois quarts des autres fruits, le curé le reste. A Thézac l'Évêque prend tout le vin et les trois quarts de tous les grains, mais il abandonne à l'archidiacre le quart de sa portion de blé, le reste est au curé qui jouit en outre à Bourlens d'un gleysage de dix cartonnats en vigne et de quinze en terre labourable. Il y a un presbytère dans les deux paroisses. La part du curé est évalué officiellement à 1.150 livres.

L'Évêque nomme au bénéfice.

On compte quatre cents communiants à la matrice et autant à l'annexe, Le curé réside à Thézac et fait desservir Bourlens par un vicaire. Le titulaire actuel est Pierre Espinasse qui prêtera le serment, le rétractera et sera maintenu à son poste après le Concordat.

Note :

1. G. Tholin, op. cit.

2. Le jour de Saint-Germain, les seigneurs de Montayral l'ont, tous les ans, une assemblée de prêtres. Il se dit jusqu'à certt messes à léglise paroissiale. Ubi missa ibi mensa. Les frais dépassent le revenu de la dîme inféodée

3. G. Tholin, op. cit.

4. En 1252, dit Labrunie, Richard, abbé de Grand-Selve vendit à Guillaume II, évêque d'Agen, les terres et possessions qui appartenaient à l'abbé et au couvent dans la paroisse de Bourlens, juridiction de Tournon, pour le prix de 15 livres. Le contrat de vente est aux archives de l'évêché. (Catalogue raisonné des Évêques. Art., etc. Guillaume II). L'évêque d'Agen avait un château à Bourlens qui dans la suite passa on ne sait comment à la maison de l'Estelle.

L'Eglise d'Agen sous l'ancien régime. Pouillé historique du diocèse d'Agen pour l'année 1789 par le chanoine DURENGUES.

Retour haut de page