Eglises, chapelles & paroisses.
C.H.G.H.47

Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

Photos Catherine Bonhomme.

GUÉRIN.

Saint-Côme et Saint-Damien.

Saints Patrons.

La paroisse de Guérin est sous le patronage de Saint-Côme et de Saint-Damien (voir art. Saint-Côme). La fête patronale se célèbre le 27 septembre, jour de ces saints ou le dimanche suivant. L’église d’Esquerdes est sous le vocable de Saint-Christophe (voir art. Saint-Christophe). Celle de Fontet est dédiée à Notre-Dame. Nota. On trouve dans les anciens registres paroissiaux : Saint-Pierre de Guérin.

Titres.

Sous l’ancien régime, la paroisse de Guérin et la paroisse d’Esquerdes étaient deux cures de l’archiprêtré de Sadirac, dans le diocèse de Bazas. Fontet était annexe de Gouts. Dans leur projet de circonscription (1792), les Constitutionnels maintinrent à Guérin son, titre de cure et lui adjoignirent Samadet comme succursale. Ils firent d’Esquerdes une succursale de Figuiers et supprimèrent l’église de Fontet. A l’Organisation (1803), Guérin fut érigée en succursale du canton de Bouglon, Esquerdes fut érigée en annexe de Guérin par décret du 17 avril 1806. Fontet est devenue annexe de la même paroisse, mais sans titre légal.

Fontet.

Eglise disparue. Sur cette paroisse se trouve l’emplacement de l’église de Samadet qui était sous le vocable de Saint-Jean. Sous l’ancien régime Samadet était une cure de l’archiprêtré de Sadirac dans le diocèse de Bazas. Comme nous l’avons dit, les Constitutionnels en avaient fit dans leu projet de circonscription (1792) une succursale de Guérin. L’Organisation (1803) supprima cette paroisse et rattacha son territoire à la cure de Bouglon. En 1808, ce territoire fut uni à la succursale de Guérin pour la renforcer de ses 182 habitants. L’église a été désaffectée et aliénée vers 1837 par ordonnance ministérielle rendue sur la proposition de l’évêque. Nota. Le presbytère de Samadet (section de la commune de Bouglon), estimé 5.198 livres 15 sols en 1790 a été vendu pendant la Révolution.

Topographie.

Le territoire de cette paroisse qui comprend toute la commune de Guérin et une section de celles de Bouglon et de Romestaing mesure 6 kilomètres dans tous les sens et a une superficie de 1.423 hectares. Samadet est à 1.500 mètres du chef-lieu, l’annexe Esquerdes à 5.000 mètres dans la commune de Romestaing.

Églises.

L’église de Guérin a la forme d’un carré long sans style. Le chœur est recouvert d’une voûte en plâtre, le reste est lambrissé. Il y a deux chapelles dédiées à Notre-Dame, l’autre à Saint-Joseph. Le clocher, reconstruit vers 1844, est une tour carrée surmontée d’une flèche couvert d’ardoise. Il renferme deux cloches, l’une de 8, l’autre de 5 quintaux.

Esquerdes.

L’église d’Esquerdes est de la période romane.

Temporel.

La cure de Guérin valait en 1790, 1.700 livres. Le presbytère de cette paroisse avec son jardin d’un journal et demi, d’une valeur locative de 214 francs 50 centimes fut adjugé pendant la Révolution pour 4.001 francs, prix de l’estimation. En 1844, il y avait un presbytère communal avec un jardin et deux journaux de terre.

De la cure d’Esquerdes dépendaient en 1790 les biens suivants : 1° Une pièce de terre labourable de 10 lattes, estimée 82 livres 10 sols ; 2° Une vigne de 10 lattes, estimée 137 livres 10 sols ; 3° Une petite maison et jardin avec cinq pièces de terre labourable, séparées les unes des autres, estimés 528 livres. 4° Un pré estimé 1.100 livres ; 5° Une pièce de pré et terre labourable de 1 journal 5 lattes, estimée 1.237 livres 10 sols. Nota. Ce dernier article était le fonds d’une fondation faite par M. M. VERGNES et MALVIN. Le presbytère d’Esquerdes avec grange, sol et jardin, estimé 2.086 livres 17 sols fut aliéné pendant la Révolution.

Spirituel.

Sous l’ancien régime les deux cures de Guérin, d’Esquerdes et de Samadet avaient droit aux fonctions curiales ordinaires par leurs curés respectifs. Depuis le Concordat un seul desservant assure le service à l’église principale. Les deux annexes ont eu la messe de façon très intermittente à la quinzaine.

Un antique roumiage de Saint-Côme et Saint-Damien existe à Guérin. La confrérie du Scapulaire y a été établie le 5 août 1843. La fête de l’Adoration se célèbre le 25 février.

Il y a à Guérin une école mixte tenue par un instituteur et fréquentée par une soixantaine d’enfants.

Démographie.

En 1843, 715 âmes ; en 1744, 750 âmes avec 197 hommes à Pâques et 260 femmes ; en 1876, 650 âmes, 23 hommes à Pâques et 123 femmes ; en 1883, 650 âmes, 36 hommes à Pâques et 85 femmes ; en 1890, 600 âmes, 37 hommes à Pâques et 86 femmes ; en 1872, 600 âmes, 25 hommes à Pâques et 85 femmes. L’Ordo de 1914 porte 480 âmes.

Titulaires depuis le Concordat.

1° Joseph CARRÈRE, né le 5 mars 1747. Il était cordelier au moment de la Révolution. Il prêta le serment et le rétracta presque aussitôt. Après avoir été détenu au séminaire d’Agen, il fut déporté avec son frère du côté de Bordeaux et au-delà. Il fut nommé à l’Organisation (1803) à Guérin et transféré le 18 novembre 1802 à Moncassin où il mourrut le 5 décembre 1819. Nota. La paroisse fut sans titulaire de 1809 à 1830.

2° Jean MALAURE, né à Sellies, commune de Cours (Prayssas) le 25 janvier 1804, prêtre le 17 décembre 1831, recteur de Guérin le 1er janvier 1832, d’Artigues le 1er janvier 1835, décédé le 4 avril 1876.

3° Mathieu SIMONIN, né le 10 août 1809.

4° Jean Paix AUZEROLLE, né à Puymiclan le 11 avril 1814, prêtre le 9 juin 1838, vicaire au Mas, recteur de Guérin le 11 mars 1842, d’Escassefort en 1849, de Saint-Pardoux-du-Breuil en octobre 1862, décédé le 3 juillet 1872.

5° Jean LESPINASSE, né à Marmande le 23 août 1821, recteur de Guérin en 1849, professeur à Saint-Caprais, etc. (voir art. Moirax).

6° Abedon GARCEAU, né le 28 avril 1818, nommé à Guérin le 1er novembre 1852, transféré à Argenton le 20 octobre 1855 (voir art. Argenton).

7° Bernard DALLET, né à Aiguillon le 11 avril 1818, prêtre le 4 février 1844, vicaire à Seyches le 16 février 1844, recteur de Salles le 24 décembre 1850, de Guérin le 20 octobre 1855, décédé le 21 octobre 1898.

8° Philippe BROUSSEAU, né à Lougratte le 1er mai 1859, nommé à Guérin le 15 octobre 1898, transféré à Naresse le 1er novembre 1900 (voir art. Lusigan-Grand)

9° pierre LAGÜE, né à Cocumont le 5 août 1863, prêtre le 25 mai 1888, vicaire à Villeneuve (Sainte-Catherine) en août 1888, recteur à Villeneuve-de-Mézin le 1er juillet 1889, de Guérin le 10 octobre 1902.

Texte du chanoine DURENGUES. 18 J 36 à 42. Archives départementales de Lot-et-Garonne.

Photos de Catherine Bonhomme.

Retour haut de page