Eglises, chapelles & paroisses.
C.H.G.H.47

Au bureau, 54 rue de Cocquard, à Villeneuve-sur-Lot, les adhérents peuvent consulter nos archives, de nombreux dépouillements et relevés de tables décennales.

Photos Catherine Bonhomme.

GRANGES-SUR-LOT.

Saint-Côme et Saint-Damien de Granges.

Valéri place dans l'archiprêtré du Siège, la rectorie Sancti Domiani de Grangiis. On a des lettres d'Édouard Ier, roi d'Angleterre, en date du 26 juin 1291, relatives à la fondation d'une bastide dans le lieu de Granges, L'un des principaux promoteurs de cette fondation, fut Gaillard de La Roque, abbé de Clairac (1).

L'église est du XIIe siècle. Elle est située à l'extrémité du bourg, bâtie mi partie en pierre, mi partie en brique. Elle est longue de trente pas, large de vingt y compris les chapelles. Ces chapelles sont au nombre de trois et voûtées ainsi que le sanctuaire. L'une, du côté de l’Épître, est dédiée à saint Blaise, les deux autres sont du côté de l'Évangile, la première est dédiée à saint Jean et appartient à l'abbé de Pérignac, la seconde est dite de la Bernardie. Le clocher est de forme quadrangulaire.

La dîme du blé se paie au dixième, des dîmes vertes au douzième, du carnelage au dixième, du vin et des menus grains à discrétion. La paroisse, étant un membre du prieuré de Saint-Sardos, uni à l'évêché de Sarlat, l'évêque de Sarlat prend toute la dîme. Le curé, qui en prenait autrefois le quart, est aujourd'hui réduit à la portion congrue. L'abbé de Pérignac a son abbatiale dans le bourg de Granges. C'est un grand château délabré où il y a une chapelle voûtée, depuis longtemps profanée et interdite. Le même abbé est seigneur du lieu, mais il en lève seulement les rentes, le greffe étant royal et la justice appartenant au duc d'Aiguillon, comme seigneur de Montpezat. Il possède, en outre, sur le territoire de cette paroisse, deux métairies de quatre paires de bœufs qui sont exemptes de toute dîme.

Jusqu'en 1634, l'Évêque de Sarlat nommait au bénéfice, depuis c'est l'Évêque d'Agen.

On compte quatre cent cinquante communiants et trente protestants. Au rapport de Nicolas de Villars, la moitié de la population en 1603 était huguenote. Le curé est tenu au service ordinaire. Le titulaire actuel est Jacques Daniel Marliac, futur insermenté, qui sera maintenu à son poste après le Concordat.

Note :

1. On peut lire « ces lettres » dans les « Documents inédits pour servira l'histoire de l'Agenais », publiés et annotés par M. Tamizey de Larroque.

L'Eglise d'Agen sous l'ancien régime. Pouillé historique du diocèse d'Agen pour l'année 1789 par le chanoine DURENGUES.

Photos de Catherine Bonhomme.

Retour haut de page